Accueil / Actualités / Le Maire de Londres interdit les publicités sexistes dans les transports
Le Maire de Londres interdit les publicités sexistes dans les transports

Le Maire de Londres interdit les publicités sexistes dans les transports

Il y a de cela quelques jours, le tout nouvellement élu maire de Londres, M. Sadiq Khan , a fait part d’une mesure phare de son mandat municipal en interdisant les publicités sexistes exhibant des femmes parfaites  et photoshoppées dans les transports en communs de la ville.

Une action faisant suite à une condamnation ferme et sans équivoque du diktat de la femme mince et refaite.

En effet, lors de sa campagne électorale, M. Sadiq Khan, père de deux filles, avait pris pour engagement de s’attaquer aux publicités de ce genre. Il avait d’ailleurs annoncé être « très préoccupé par ce type de publicités, qui peuvent rabaisser les gens, particulièrement les femmes, et leur donner honte de leur corps ». Ajoutant d’ailleurs, qu’il était « grand temps que cela cesse ». Évoquant son inquiétude vis-à-vis de ces « standards occidentaux irréalistes », M. Khan souhaite redonner confiance à la femme londonienne, lui permettant, ainsi, de se sentir bien dans sa peau.

« Je veux envoyer un message clair à l’industrie de la publicité ».

L’ambition du nouveau maire est claire : il souhaite voir supprimer toutes ces publicités de l’espace de transport londonien. La tâche s’avère être dure, ainsi, métros et bus devront respecter cette mesure. Pour se faire, la compagnie de transports londoniens dénommée : Transport for London (TfL) ainsi qu’un certain nombre ses partenaires publicitaires devront établir un groupe de surveillance qui aura pour objectif de passer en revue les nombreuses publicités susceptibles d’être affichées dans les transports.

Un avis accepté et partagé par la compagnie de transports londoniens

Graeme Craig, directeur commercial de TfL a affirmé que « la publicité sur notre réseau est différente de celle de la TV, des médias imprimés et sur internet. Nos clients ne peuvent pas simplement éteindre ou tourner une page si une publicité les offense. Nous avons le devoir de respecter cet environnement unique ».Le Financial Times, journal économique anglais, reconnaît, quand à lui, que cette interdiction n’aura pas de grande conséquence sur le revenu de la compagnie.

Malgré les critiques de personnes dénonçant faussement la volonté du maire de confession musulmane de vouloir imposer les règles islamiques, saluons cette initiative visant à redonner confiance à la femme et à bannir ces représentations qui s’avèrent être idéalisées mais en aucun cas le reflet de la gente féminine actuelle.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*