Accueil / Actualités / Arrestation d’un quatrième commando qui devait se faire exploser à Saint Denis
Arrestation d'un quatrième commando qui devait se faire exploser à Saint Denis

Arrestation d’un quatrième commando qui devait se faire exploser à Saint Denis

Le 22 Avril dernier, le célèbre quotidien américain Washington Post avait annoncé qu’un quatrième commando de terroristes aurait dû participer aux attentats de Paris et se faire exploser au Stade de France. Cette information, largement reprise pas les médias français le mardi 27 Avril 2016, fait froid dans le dos.

De nombreuses victimes évitées

Adel Haddadi (à gauche de l’image), ressortissant algérien âgé de 29 ans recruté par le groupe terroriste DAESH a été interpellé dans un camp de réfugiés se trouvant en Autriche en Février dernier. Il se faisait passer pour un demandeur d’asile qui voulait s’établir en Allemagne du fait que, selon lui, « les gens (étaient) très sympas là-bas ».D’après les informations recueillies grâce aux autorités autrichiennes ainsi qu’aux aveux du présumé terroriste, le périple d’Adel Haddadi fût semé d’embuches du fait que ce dernier s’était envolé d’Alger en direction d’Istanbul. Puis, il passa la frontière syrienne et fût pris en charge par les combattants du groupuscule.

Une mission compliquée et heureusement rapidement avortée

Après avoir appris à manier les armes, l’algérien affirma : « ils m’ont dit que je devais aller en France, pour y accomplir une mission, et que je recevrais des instructions là-bas ».La logistique humaine et matérielle étant parfaitement huilée, le voici pris en charge par des passeurs avec sur lui un téléphone sur lequel figurent les numéros des personnes avec qui il devra prendre contact ainsi que de l’espèce en vue d’acheter du matériel nécessaire à la traversée en mer (gilets de sauvetage, pochettes étanches pour les documents importants,..). Le 3 Octobre 2015, Adel Haddadi ainsi que Muhamad Usma(à droite de l’image), furent interpellés sur l’île grecque de Leros pour détention de faux passeports. Libres 3 semaines plus tard, ils n’ont heureusement pas pu être présents avec les autres kamikazes qui se sont fait explosés au Stade de France de Saint-Denis. Cependant, quelques jours après les attentats, les deux compères avaient, selon des sources policières, recherché sur internet un billet de train Vienne-Paris. Certains voient dans cette action, une volonté de « finir leur mission ». Les policiers ont pu remonter à eux avant qu’ils n’agissent et fassent des victimes.

Il est très probable que l’Hexagone demande à ce que ces individus soient expatriés en France en vue qu’ils comparaissent devant la justice française.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*