Accueil / Actualités / Algérie : un journaliste écarté du JT pour ne pas avoir dit « le président de la République » avant de citer Abdelaziz Bouteflika
Algérie : un journaliste écarté du JT pour ne pas avoir dit « le président de la République » avant de citer Abdelaziz Bouteflika

Algérie : un journaliste écarté du JT pour ne pas avoir dit « le président de la République » avant de citer Abdelaziz Bouteflika

Son tort ? Ne pas avoir dit « Monsieur le Président de la République » avant de citer le président Abdelaziz Bouteflika lors du JT télévisé.

Définitivement écarté du JT télévisé

Ahmed Lahri avait pour habitude de présenter le journal télévisé de 19 heures sur la chaîne Canal Algérie, il sera désormais remplacé. Sa direction a décidé de le sanctionner et de l’écarter du journal télévisé « pour avoir prononcé le nom Abdelaziz Bouteflika en omettant de citer sa fonction » indique la chaîne de télévision publique qui précise :

« Ahmed Lahri avait commencé par ‘Abdelaziz Bouteflika’ a présidé au lieu de ‘le Président de la République, monsieur Abdelaziz Bouteflika a présidé’ »

Le directeur général de l’ENTV explique au journal TSA qui a recueilli ses propos, que « Monsieur Lahri n’a pas été suspendu.  Il a rejoint la rédaction de Canal Algérie tout simplement. » Et à la question « continuera-t-il à présenter le JT ? », il répond : « Non, il quitte le JT pour la rédaction. D’autres présenteront le JT. »

Khaled Drareni, journaliste de TSA et ami d’Ahmed Lahri a exprimé son plus grand soutien sur sa page Facebook et a confirmé l’information :

Mon confrère et ami Ahmed Lahri a été suspendu de la présentation du Journal télévisé de 19h00 de Canal Algérie….

Posté par Khaled Drareni sur vendredi 26 février 2016

Aujourd’hui, c’est l’indignation « au sein de la presse algérienne mais également au milieu de la rue algérienne » précise Khaled Drareni qui a témoigné pour i>Télé.

▷▷▷ Le journaliste Ahmed Lahri a été évincé de son poste de présentateur du journal de 19 heures sur Canal Algérie.►…

Posté par iTELE sur samedi 27 février 2016

Un commentaire

  1. al mai wal banoun

    le pauvre, écarté seulement ? c’est le « président a vie qui l’a écarté ? et bien, il doit avoir toute sa tête malgré tout ce qu’on lui met dans la bouche comme anti-douleurs et tranquillisants livrés par jet spécial venu de france. je prierai ce ahmed lahri de promettre, s’il n’est qu’écarté, de dire dorénavant « SAHIB EL JALALA sidi abdelaziz boutefligua

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*