Accueil / Actualités / Islamophobie : agression au couteau à la sortie d’école, la victime témoigne !
Islamophobie : agression au couteau à la sortie d'école, la victime témoigne !
Image d'illustration

Islamophobie : agression au couteau à la sortie d’école, la victime témoigne !

Contacté hier par la plaignante, prénommée Lola, nous avons appris que cette jeune maman reconvertie à l’islam et portant le voile a été la victime d’une agression d’une extrême violence sous le regard de ses enfants . Suite aux faits révélés, nous avons joint par téléphone l’avocat de la victime, Karim Achoui, qui nous révèlera lors de notre échange des éléments pour le moins scandaleux.

Agression islamophobe : « je vais te faire retirer ton voile »

Le vendredi 12 février à Vitry-sur-seine dans le Val-de-Marne, vers 16h15  Lola se rend à l’école pour aller chercher ses enfants. C’est alors qu’une femme, elle aussi parent d’élève, tentera de la poignarder à deux reprises devant l’enceinte de l’établissement scolaire.

Après avoir récupéré mon fils à la première entrée, je me suis dirigée avec lui vers la seconde entrée pour aller chercher ma fille. A ce moment là, j’ai croisé une femme qui allait chercher son enfant. Je la connais de vue, à force de la croiser à l’école quand nous allons chercher nos enfants. Elle s’en est prise à moi et m’a insultée sans que je lui fasse quoi que ce soit. Elle m’a dit : « qu’est-ce que t’as s***** ? Je vais te faire retirer ton voile ! ». Je lui ai répondu que ce n’était pas une façon de parler. Elle m’a alors demandé : « qu’est-ce que tu vas faire ? ». J’ai répondu que je n’allais rien faire. Elle s’est mise à chercher dans son sac frénétiquement, je pensais qu’elle allait sortir une bombe lacrymogène. J’ai reculé et fait passer mon fils derrière moi. Elle a alors dit :  » je vais te tuer salope, je vais te faire retirer ton voile ! tu fais la prière toi ? Dieu, il te connais pas ! ». Elle continuait à chercher dans son sac et à avancer vers moi. Moi, je reculais avec mon fils, mais il n’y avait pas beaucoup d’espace. Elle a fini par sortir son couteau avec un manche noir et une lame blanche. Toujours en continuant à se diriger vers mi, elle a continué à m’insulter. Puis avec le couteau en main, elle a fait plusieurs gestes dans ma direction, cherchant à me planter le couteau. Je me suis enfuie avec mon fils, elle est partie de son côté. Quelques minutes plus tard, alors que j’étais au téléphone avec la police, je l’ai vue revenir vers moi avec son fils. Et là, elle a recommencé à essayer de m’assener de coups de couteau. Cette fois, un homme est intervenu pour me protéger, il s’est interposé, utilisant son parapluie pour écarter la femme qui m’agressait.

La jeune femme nous précise qu’avant que l’homme au parapluie n’intervienne, aucune des personnes présentes aux moments des faits, à savoir d’autres parents d’élèves, n’ont daigné intervenir ou appeler les secours pour lui venir en aide ou stopper la femme au couteau. Ils assistent à la scène en spectateurs laissant cette mère et ses enfants tenter de se protéger comme ils peuvent. Lola perdra même sa petite fille de vue, car celle-ci, de peur, est allée se réfugier derrière d’autres parents d’élèves.

Quelques minutes plus tard, la femme au couteau sera interpellée en possession de l’arme blanche avant d’être conduite au commissariat puis relâchée dans la nature dès le lendemain sur ordre du procureur de la République. L’agresseur peut désormais jouir d’une liberté totale sans être contraint par une quelconque mesure d’éloignement en attendant l’audience correctionnelle, prévue le 21 septembre 2016.

Un scandale judiciaire !

Face à une décision autant hâtive qu’incompréhensible, Me Achoui, avocat de la victime dénonce une injustice au sein même de la justice. Ici, dans cette affaire, l’appareil judiciaire démontre que la gravité de l’agression a été très largement minorée. Lors de notre entretien téléphonique, il nous apprend avoir contacté le cabinet de la ministre de l’Education nationale, qui n’est autre que Najat Vallaud Belkacem, dans une tentative de recours. La réponse ne se fait pas attendre. Le cabinet tranche et ne donnera aucune suite s’accordant sur le fait que  l’agression s’est déroulé devant l’école et non à l’intérieur, ajoutant que les protagonistes étant des parents d’élèves et non des élèves.

Cette affaire ne peut justifier une intervention du ministère.

Révolté, l’avocat maintient et signe qu’il s’agit bien d’un cas relevant du ministère de l’éducation, car des enfants ont bien été impliquée dans cette agression. Ce sont bien des victimes « distinctes mais directes ». En effet, le fils de la femme au couteau, âgé de 10 ans à peine, a tenté de retenir sa mère pour la stopper lors de sa seconde tentative. Quant au fils de la victime, tout comme sa mère, ils se sont vus prescrire 10 jours d’ITT (interruption de temps de travail). Sans compter le préjudice psychologique des enfants dont l’un a été traumatisé pensant que sa mère allait mourir littéralement sous ses yeux.

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*