Accueil / Actualités / Le petit-fils de Nelson Mandela se reconvertit à l’Islam et épouse une musulmane
Le petit fils de Nelson Mandela se reconvertit à l’Islam et épouse une musulmane

Le petit-fils de Nelson Mandela se reconvertit à l’Islam et épouse une musulmane

Il y a quelques jours, l’annonce officielle du mariage de Mandla Mandela avec une musulmane avait suscité de vives réactions de la part des chefs traditionnels du Cap oriental. Des réactions qui n’ont pas été un frein aux décisions du « jeune » Mandela qui semble heureux et satisfait de ses choix.

Des nouvelles qui ne plaisent pas à tous

Alors que sa reconversion à l’Islam avait déjà fait des mécontents il y a plusieurs semaines de cela, c’est aujourd’hui l’annonce de son union avec une musulmane qui fait froncer des sourcils. Le petit-fils de Nelson Mandela, célèbre personnage emblématique de la lutte contre l’apartheid, et présent chef du village des Mvezo a officialisé ses noces samedi 6 février dernier avec Rabia Clarke, au sein d’une mosquée de Kensington. Entre sa reconversion à l’islam et son mariage avec une musulmane, les chefs du Cap oriental ont déclaré vouloir « des réponses » et se disent « choqués par la nouvelle de cette conversion ».

Mwelo Nonkonyane, le chef du Congrès des chefs traditionnels du Cap oriental a déclaré :
« Nous sommes très ennuyés. La femme doit se convertir, et non l’homme. C’est notre tradition. Les chefs traditionnels ne se marient pas secrètement. Ils doivent être représentés par le Conseil traditionnel du peuple Mvezo. »

Mandla Mandela, un chef épanoui

L’héritier de l’ancien président sud-africain, lui, ne s’est pas privé de témoigner de sa joie. Il a exprimé à travers un communiqué son bonheur et sa gratitude envers sa femme et sa nouvelle belle-famille :

« Je souhaite exprimer ma sincère gratitude envers la famille de Rabia et la communauté musulmane pour m’accueillir dans leur cœur. Même si Rabia et moi avons été élevés dans des cultures et des religions différentes, notre union reflète ce que nous avons en commun : nous sommes Sud-Africains. »

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*