Accueil / Actualités / [VIDÉO] – Les Anonymous attaquent le Parti Socialiste et l’Assemblée Nationale !
[VIDÉO] -Les Anonymous attaquent le Parti Socialiste et l’Assemblée nationale !

[VIDÉO] – Les Anonymous attaquent le Parti Socialiste et l’Assemblée Nationale !

En l’espace de deux jours, les Anonymous ont piraté les sites du Parti Socialiste puis de l’Assemblée Nationale, critiquant vivement l’état d’urgence dans lequel sombre la France de jour en jour.

Le terrorisme « utilisé pour nous tromper »

Mardi 26 janvier, une annonce de vives perturbations et ralentissements est parue sur le site du Parti Socialiste après une attaque revendiquée par les Anonymous. Une attaque que les hackers n’ont pas tardé à justifier à travers une vidéo publiée sur YouTube :

« L’heure est grave. L’heure est au réveil. L’état d’urgence dans lequel le pays a été mis par le gouvernement de François Hollande commet des abus, nous entendons par là des assignations à résidence, perquisitions et arrestations non fondées, et cela même quand ce sont des opposants écologistes au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, eux qui n’ont rien à voir avec les terroristes pour lesquels cet état d’urgence a été créé. »

Le groupe argue que « le terrorisme est utilisé comme une excuse pour nous tromper, pour mieux nous surveiller, nous endormir et nous contrôler » et condamne « l’atteinte à la vie privée que pratique l’Etat français à l’égard de ses citoyens ». Le message se conclut par l’affirmation d’une visée non politique : « Nous visons uniquement le site du Parti socialiste car il est le parti du dictateur Hollande. »

L’Assemblée Nationale attaquée le lendemain

Hier, en fin de matinée, c’est au tour de l’Assemblée Nationale d’annoncer l’attaque des Anonymous. Alors que la commission des lois s’apprêtait à aborder le sujet sur le projet de réforme constitutionnelle, les hackers ont rendu le site de l’Assemblée Nationale indisponible en ayant eu recours à la technique du déni de service qui consiste à surcharger le site de connexions, jusqu’à ce qu’il devienne inaccessible.

Enfin, le groupe ne s’est pas priver de menacer l’Etat français d’autres probables attaques « si l’état d’urgence n’est pas rectifié. »

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*