Accueil / Actualités / [Suite] – L’assassin de Mohamed El Makouli jugé irresponsable de ses actes !
[Suite] - L’assassin de Mohamed El Makouli jugé irresponsable de ses actes !

[Suite] – L’assassin de Mohamed El Makouli jugé irresponsable de ses actes !

Il y a un an de cela, le 15 janvier 2015, nous avions été le premier média à vous informer d’un horrible crime islamophobe perpétré dans le Vaucluse, à Avignon, non loin de chez nous. Nous vous informons à présent que la « justice » française a préféré tranché pour ce que nous appellerons de l’injustice.

Jugé irresponsable de ses actes

C’était dans une effroyable stupeur que la nouvelle s’était répandue dans la petite commune du Beaucet. Mohamed, un Vauclusien de 47 ans a été assassiné le 14 janvier 2015 de 17 coups de couteau par Thomas Gambet, le fils de son patron. Peu de temps après son crime, Thomas Gambet avait intégré l’unité psychiatrique du CHS de Montfavet. En larmes et en souffrance, Nadia El Makouli -épouse de la victime- avait accepté de se confier face à la caméra et c’est avec une profonde tristesse que nous vous partagions son poignant et déchirant témoignage.

Nous attendions le verdict de son procès et il est tombé. Vendredi 8 janvier dernier, le Dauphiné Libéré a annoncé que Thomas Gambet -criminel confirmé- a été jugé « irresponsable de ses actes ».

Six mois après le meurtre, la conclusion d’une « abolition totale du discernement de Thomas Gambert au moment des faits »  avait résulté d’une première expertise dirigée par deux psychiatres. Quelques mois plus tard, une contre-expertise a été menée par deux autres psychiatres à la demande de la partie civile représentée par M. Marmillot puis par Mme Nadia El Bouroumi. Cette contre-expertise vient d’avoir lieu en fin décembre et elle confirme la conclusion de la première, Thomas n’a donc pas été jugé responsable de ses actes.

Des résultats décevants 

Après des mois d’attente et d’espoir d’un semblant de justice, les résultats sont décevants. M. Laurent Pénard, l’avocat de Thomas l’assassin, en a conclu :

« Il y a maintenant deux possibilités. Soit le juge d’instruction ordonne directement le non-lieu, soit elle saisit la chambre d’instruction ».

Mais bizarrement, l’information est passée totalement inaperçue et n’a été relayée par aucun média -comme au début, où nous étions les seuls à plaider la cause islamophobe contre vents et marées-. Une affaire qui démontre l’indifférence totale du gouvernement français face aux actes islamophobes, sans cesse banalisés, qui augmentent pourtant de manière exponentielle et auxquels mille et une excuses sont constamment trouvées, rendant ces derniers presque légitimes… Il ne fait vraiment pas bon d’être musulman en France.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*