Accueil / Islam / L’adoration pour le Créateur est en toutes choses

L’adoration pour le Créateur est en toutes choses

L’adoration dans l’islam n’a rien d’abstrait et ne se résume pas seulement en l’accomplissement de la salat ou du jeûne. L’adoration est un acte de tous les instants, de jour comme de nuit et ce terme annexe tout ce qu’Allah aime et agrée comme paroles et actions, apparentes et cachées.

Les formes d’adorations

L’adoration qu’Allah nous a ordonnée se décline en plusieurs formes comme l’Islam (la soumission), Al-Imaan (la foi), Al-Ishaan (la bonté), la Dou’a (l’invocation) mais aussi la peur, l’espoir, la confiance, l’amour, la crainte, l’humilité, la repentance, demander le support, chercher refuge et protection, appeler au moment de détresse, sacrifier, faire un vœu…

Elles sont toutes réservées à Allah exclusivement comme l’atteste le verset suivant : Les mosquées sont consacrées à Allah : N’invoquez donc personne avec Allah. [Al-Jinn : 72 :18]

Il est important de rappeler qu’offrir une de ces formes d’adorations à autre qu’Allah c’est devenir un moushrik (idolâtre) et un kaafir (mécréant).

Les preuves de l’adoration sous toutes ses formes en versets

  • L’invocation : Et votre Seigneur dit  : « Appelez-moi, je vous répondrai. Ceux qui, par orgueuil, se refusent à M’adorer entreront bientôt dans l’Enfer, humiliés ». [Ghaafir : 40 : 60]
  • La peur : N’ayez donc pas peur d’eux. Mais ayez peur de Moi, si vous êtes croyant. [Aali’Imraan : 3 : 175]
  • L’espérance : Quiconque, donc, espère rencontrer son Seigneur, qu’il fasse de bonnes actions et qu’il n’associe dans son adoration aucun autre à son Seigneur. [Al-Kahf : 18 : 110]
  • La confiance : […]Et c’est en Allah qu’il faut avoir confiance si vous êtes croyants. [Al-Maa’idah : 5 :23]
  • L’amour, la crainte et l’humilité : Il concouraient au bien et Nous invoquaient par amour et par crainte. Et ils étaient humbles devant Nous. [Al-Anbiya’ : 21 : 90]
  • La crainte : […]Ne les craignez donc pas, et craignez-Moi. [Al-Maa’ida : 5 : 3]
  • Le repentir : Et revenez repentant à votre Seigneur, et soumettez-vous à Lui. [Az-Zumar : 39 :54]
  • L’appel à l’aide : C’est Toi Seul que nous adorons et c’est Toi Seul dont nous implorons l’aide. [Al-Faatihah : 1 : 5]
  • Chercher la protection : Dis : « Je cherche la protection auprès du Seigneur des hommes. Le Maître des hommes, Dieu des hommes ». [An-Naas : 114 : 1-3]
  • L’appel au secours : Et rappelez-vous le moment où vous imploriez le secours de votre Seigneur et qu’Il vous exauça aussitôt. [Anfaal : 8 : 9]
  • Le sacrifice : Dis : « En vérité, ma Salat, mes sacrifices, ma vie et ma mort appartiennent  à Allah, Seigneur de l’Univers. A Lui nul associé ! Et voilà ce qui m’a été ordonné, et je suis le premier à me soumettre ».  [Al-An’aal : 6 : 162-163]
  • Le vœu : Ils accomplissent leurs vœux et ils redoutent un jour dont le mal s’étendra partout. [Al-Insaan : 76 : 7]
L’accomplissement des adorations d’Allah est un moyen qui mène indubitablement au bonheur éternel et devient une protection contre tous les méfaits. Il n’ y a donc de salut qu’en les accomplissant.

Source : Cheihk Haytham Sarhân, Enseignant à l’institut de la mosquée du prophète

 

4 plusieurs commentaires

  1. Le pédagoguebelbrouksy@yahoo.fr

    Le pédagogue :

    « Alors que je faisais mon ablution en me lavant les mains, le visage et les pieds avec l’eau d’une outre, quelques gouttes tombèrent sur une touffe sèche à mes pieds, petite plante misérable, jaune, flétrie et sans vie sous les âpres rayons du soleil. Mais dès que l’eau commença de s’égoutter sur elle, un frisson parcourut ses feuilles recroquevillées que je vis s’ouvrir lentement et en tremblant. Quelques gouttes de plus, et les petites feuilles s’animèrent, s’enroulèrent et se redressèrent doucement, en hésitant et frissonnant… Je retins ma respiration et versai encore un peu d’eau sur la touffe d’herbe. Elle s’anima plus vivement, presque avec violence, comme si quelque force mystérieuse la faisait sortir du rêve de la mort. Ses feuilles se contractèrent et s’étendirent comme les tentacules d’une étoile de mer, apparemment saisies par un délire timide, mais irrépressible, véritable petite orgie de joie sensuelle. Ainsi la vie rentra victorieusement dans ce qui, il y a un moment, n’était que chose
    morte ; elle y entrait visiblement, passionnément, irrésistiblement, avec une majesté dépassant l’entendement ».
    (Léopold Weiss, qui a choisi de s’appeler Muhammad Asad (Mohammad Açad), Le chemin de la Mecque, Paris, Fayard, 1976, p.17).

  2. MashaAllah magnifique article, Allah u akbar, bravo à la redactrice, qu’Allah te récompense

  3. Super rappel, barakallahoufik.

  4. Machallah magnifique rappel qu’ALLAH vous Rétribue .

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*