Accueil / Actualités / Danemark : confisquer les biens des réfugiés ?!
danemark
danemark

Danemark : confisquer les biens des réfugiés ?!

Le Danemark étudie actuellement un projet de loi concernant l’accueil des réfugiés, et dans ce projet, le gouvernement envisage de confisquer les biens de valeur. Parmi les arguments évoqués par le responsable des questions d’intégration pour le parti Konservative, figure celui que seuls les riches cherchent à rejoindre l’Europe.

Politique d’immigration a minima

Au Danemark, le système en place n’est pas favorable à la venue de réfugiés, de demandeurs d’asile, etc. Selon une partie du pouvoir en place, ce ne sont que les gens qui ont les moyens qui tentent de rejoindre l’Europe au péril de leur vie car seuls eux auraient les moyens de payer les passeurs. Et dans ce sens, le gouvernement envisage de confisquer tout objet de valeur ou argent liquide d’une valeur supérieure à 400€. Les alliances, téléphones portables et bijoux auxquels les gens sont fortement attachés ne sont pas concernés. Cette idée fait du bruit dans le pays, mais pour de nombreux politiques, elle n’a pas lieux d’être critiquée, il ne leur apparait pas cohérent que ce soit le peuple danois qui paie pour des gens qui possèdent un patrimoine. Le fait qu’ils quittent leur pays en guerre depuis des années en risquant leur vie ne semble pas faire partie des critères pour accorder l’asile, ne serait-ce que temporairement. La presse étrangère, notamment Américaine, s’est offusquée d’un tel projet, le comparant à la politique menée contre les Juifs pendant la seconde guerre mondiale.

Malgré le fait que les réfugiés arrivant de Syrie ou d’Afghanistan quittent des zones de guerre où la situation ne fait qu’empirer depuis des années, de nombreux pays européens ne témoignent pas d’un enthousiasme à l’idée d’en accueillir une partie. Les dépouiller à leur arrivée constitue un message très fort sur le sort qui leur est réservé en venant au Danemark. Il faut souhaiter aux Scandinaves de ne jamais se retrouver à la place des Syriens.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*