Accueil / Actualités / Riyad Mansour alerte l’ONU du trafic d’organes sur les martyrs palestiniens

Riyad Mansour alerte l’ONU du trafic d’organes sur les martyrs palestiniens

L’ambassadeur palestinien à l’ONU, Riyad Mansour, a envoyé un message à l’ambassadeur britannique, Matthew Rekerovi, actuel président du Conseil de Sécurité, dans lequel il accuse l’entité sioniste du vol d’organes sur les corps des martyrs palestiniens.

Israël vole les organes des Palestiniens tués

Dans son message, Mansour a écrit :

 Après la remise des cadavres des martyrs palestiniens qui ont été tués par les forces armées de l’occupation en Octobre et après un examen médical, il a été reporté que les corps ont été retournés avec des cornées manquantes, ou d’autres organes. »
Il a ajouté que c’est la confirmation de « rapports antérieurs sur les prélèvements d’organes. »

Depuis le début de l’année juive et l’attaque de la Mosquée Al aqsa, les Israéliens ont été autorisés à tirer à balles réelles sur les révoltés, même les plus jeunes. On comptabilise un total de 74 morts, dont 41 assaillants au mythe des attaques au couteau, que l’armée israélienne dépose près des victimes après les avoir abattues.
Les corps des victimes sont gardés plusieurs heures voire plusieurs jours par les autorités israéliennes avant d’être restitués aux familles. Une pratique indécente qui pourrait laisser penser à l’éventualité de prélèvements.
L’émissaire palestinien proteste également dans son message du 3 novembre contre l’agression incessante du peuple palestinien et les mesures opprimantes prises par l’Etat hébreu. La dernière en date est la peine minimale de 3 ans contre les lanceurs de pierres. Une législation soutenue par le Premier ministre israélien Netanyahu contre ce qu’il appelle une « guerre » contre les lanceurs de pierres.

Une pratique maintes fois dénoncée

Le vol d’organes sur les corps des martyrs palestiniens avait déjà été mis en évidence par un journal suédois « Aftonbladet » en 2009. Le journal précisait à l’époque que la découverte de ce trafic (qui remonterait à 1992) serait liée à l’arrestation, à New York, de plusieurs juifs membres d’une organisation mafieuse, coupables, notamment, de trafic d’organes humains.
Le quotidien américain « New York Times » a aussi relaté ce fait dans un article d’août 2014 dans lequel il faisait état du rôle « disproportionné » joué par Israël dans le trafic d’organes dans les plus grandes affaires depuis 2000. Les négociants en transplantations ont empoché des sommes énormes, toujours d’après le NYT.

Les Israéliens crient cyniquement à l’antisémitisme sans chercher à enquêter sur des pratiques des plus barbares.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*