Accueil / Actualités / Algérie : le retour d’Internet après cinq jours de panne

Algérie : le retour d’Internet après cinq jours de panne

A cause d’un câble sous-marin endommagé, l’Algérie s’est vu être coupée de connexion Internet durant cinq interminables jours. C’est désormais le soulagement, pour des millions d’Algériens qui ont eu du mal à se priver des joies du Web.

Internet de nouveau fonctionnel

Depuis le mardi 27 octobre, la réparation du câble sous-marin endommagé, au large d’Annaba, en Méditerranée, a permis le retour d’une connexion Internet qui s’était interrompue durant cinq jours. Effectuer une recherche sur le Web, envoyer un mail ou consulter son compte Facebook fut une mission quasiment impossible pour tous les Algériens connectés. Azouaou Mehmel, PDG d’Algérie Télécoms,  expliquait que la Toile avait à peine 20% de fonctionnalité ces derniers jours.

Les 10 millions d’abonnés à la 3G et deux millions à l’ADSL (sur une population de 40 millions d’habitants) ont donc pu reprendre mardi une activité en ligne -quasi- normale.

Accessibles par intermittence, les réseaux sociaux ont été l’expression de la frustration et de la colère des Algériens :

« Coupez-nous l’oxygène et rendez-nous Internet s’il vous plaît ! »

Une histoire de câbles

L’Algérie dispose d’un seul câble permettant une connexion Internet et relié à l’Europe au niveau de Marseille, d’une capacité de 425 Gigats octets (Go), mais utilisé à la hauteur de 405 Go. Un autre câble de secours, d’une capacité de 80 Go, relie Alger à Palerme, en Italie.

Azouaou Mehmel a déploré le projet d’un troisième câble devant relier Oran à Palma de Majorque, en Espagne, datant de 2009 et qui n’a pas été réalisé pour des « raisons de procédure ». Le projet sera cependant repris en 2016.

Selon l’opérateur, qui a déposé plainte, un navire ayant jeté l’ancre dans la zone du câble endommagé située en dehors du bassin serait à l’origine de la coupure.

Un commentaire

  1. C’est fou qu’en 2016, un simple bateau puisse causer autant de dégâts. Il est finalement bien fragile notre monde moderne.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*