Accueil / Actualités / Virginité et mariage, une jeune mariée se suicide

Virginité et mariage, une jeune mariée se suicide

Ce n’est pas la première fois qu’une mariée est oppressée, violentée quand sa virginité est mise en doute. Au Maroc plus particulièrement, cette souffrance gratuite est monnaie courante au point que la fête peut très rapidement tourner au drame. Un drame qui a touché une jeune mariée à Settat, qui à son retour de lune de miel, a mis fin à ces jours parce qu’accusée de ne pas être vierge au mariage.

Un tabou qui fait des dégâts

A peine leur mariage célébré le 4 octobre dernier, la famille de la jeune mariée a vu leur vie anéantie par la disparition de leur fille, parce qu’elle avait été accusée par sa belle famille et son mari de ne pas être vierge. En effet le couple, un homme vivant en Italie et son épouse, s’est rendu à Marrakech pour leur lune de miel après la fête. A leur retour, le mari aurait découvert à ce moment que son épouse n’était pas vierge et n’a pas hésité à le scander.
Lui ainsi que sa famille ont alors demandé l’annulation du mariage tout en proférant des insultes sur la jeune mariée salissant ainsi sa réputation. Une pression que la jeune femme n’a pas supporté, qui s’est enfuie chez une amie dans un premier temps, avant de commettre l’irréparable : avaler de la mort aux rats. Son amie, qui l’a hébergé, a averti la famille et la police, qui ne pouvaient plus rien pour elle. Si le père a d’abord pensé accuser la belle-famille, l’autopsie a confirmé que la mort de la jeune fille a été causée par le poison ingurgité.

La virginité, c’est l’absence de relation sexuelle

Un préjugé concernant la virginité est de penser que la présence de l’hymen signifie que la femme est vierge, et a contratio que l’absence d’hymen signifie qu’elle ne l’est plus. Ce qui est faux. Une jeune fille peut être vierge, et être née sans hymen.
Quoi qu’il en soit,  il est consternant que des violences comme celles-ci aient encore leur place dans une société musulmane. Les violences causées par les mariages forcés et les doutes sur la virginité sont des tabous qui ont la vie dure au Maroc, responsables au moins de graves séquelles psychologiques, avec la perte de son honneur et de sa dignité, au pire le drame. Le mari est-il quant à lui capable de produire la preuve de sa préservation physique jusqu’au mariage ? Où la perversité et le cynisme de pointer l’autre du doigt a fait perdre le bon sens à tous.
Inutile d’ajouter que ces pratiques rétrogrades ne sont en rien conformes aux valeurs de l’Islam qui prônent notamment la préservation de la vie, de la dignité, du secret intime. « Quiconque préserve un musulman, Allah le préservera dans ce bas-monde et dans l’au-delà. » (hadith).

2 plusieurs commentaires

  1. Assalamou alaykoum warahmatulah wabarakatuh!

    Vraiment le mari a mal agi, il n’a pas agi selon la sunna du noble prophète, Pourquoi la dénigrer? Comment le sais-tu qu’elle ne pas vierge? Un ange est venu te dire ? et toi même est-tu sans tâche? Le prophète n’a-t-il pas dit: « Quiconque préserve un musulman, Allah le préservera dans ce bas-monde et dans l’au-delà. » En voici une série de question-réponse du Cheikh ‘Abdel-‘Azîz Ibn ‘Abdi-llâh Ibn Bâz : Question :

    A quel moment le mari peut-il savoir si (sa femme) a été déflorée en dehors de la fornication?

    Réponse :

    Cela n’est pas nécessaire sauf s’il a eu connaissance que cela a été fait au moyen de la fornication, car la virginité peut se perdre avec les menstrues ou par autres moyens tel que le saut ou autre.

    Elle a peut-être été contrainte et la femme contrainte sera considérée comme si elle n’avait rien fait.

    Et le quatrième cas c’est qu’elle l’ait fait en étant consentante mais Allah lui a pardonnée et son état s’est amélioré par la cause de son repentir sincère et de son regret.

    Question :

    Dans certains pays, on aime voir le sang de la femme vierge qu’ils annoncent en plein jour.

    En revanche, si un homme découvre que sa femme n’est plus vierge et qui désire la préserver, on le contraint à la délaisser et à la divorcer.

    Doivent-ils lui rendre son argent ?

    Réponse :

    Si cela est indispensable, il peut faire cela avec autre chose.

    Il peut mettre du sang autre que celui de la virginité.

    Si cela est indispensable à savoir qu’il lui est obligatoire de montrer quelque chose dans leurs coutumes, et s’il ne le fait pas, on lui lance comme accusation d’être fornicatrice et s’il a les moyens qu’il mette un autre sang et le met sur le drap (vêtement) afin de la préserver des gens et le Prophète (sallallahou ‘alaihi wa sallam) a dit :

    « Quiconque préserve un musulman, Allah le préservera dans ce bas-monde et dans l’au-delà. »

    Source: majmou’ fatawas volume 20, pages 287/288

    Cheikh ‘Abdel-‘Azîz Ibn ‘Abdi-llâh Ibn Bâz – الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

  2. Salamoualikoum quelle tristesse pour la famille cette jeune a ete anéantie par la calomnie de gens.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*