Accueil / Actualités / Pub du Crédit Agricole: entre préjugés et idées reçues
Crédit photo : News360

Pub du Crédit Agricole: entre préjugés et idées reçues

Il y a moins d’une semaine, le Crédit Agricole a diffusé son nouveau spot publicitaire pour mettre en avant son offre de prêt immobilier. Et cette fois-ci, ils ont fait fort…

Stigmatiser pour vendre

Dans une volonté de s’adresser à un public d’ouverture, le Crédit Agricole met en scène une supposée famille d’origine nord-africaine. Cette représentation maladroite et stigmatisante montre clairement quelle image de la famille maghrébine a cette institution.

L’effet produit est tellement rabaissant que nous pouvons nous poser la question des objectifs poursuivis par cette banque.

Des objectifs choquants

Il est évident que le but de ce type de communication est de draguer une clientèle issue de la diversité et ce, de la pire des manières. De plus, pour le public non musulman, une idée reçue et fortement ancrée est qu’un maghrébin est automatiquement un musulman avec beaucoup d’enfants… Donc, pour analyser cette publicité, nous pouvons dire que le Crédit Agricole souhaite encourager les familles arabes et musulmanes à accepter leurs services, dont le prêt immobilier, et qu’ils en sont très heureux.

A l’heure où la communauté musulmane attend avec impatience l’avènement des banques islamiques en France, cette banque tente d’augmenter sa part de marché sur cette cible.

Autant de mépris ne peut pas être accepté, car forcément volontaire. Le Crédit Agricole possède d’énormes moyens marketing et des agences de communication suffisamment aguerries, pour que ces objectifs ne soient pas seulement une maladresse.

 

3 plusieurs commentaires

  1. C’est exactement ce que je me suis dit dans les premières secondes jusqu’à ce que je me rende compte que c’est une famille que je connais et je peux vous certifier qu’ils ne sont absolument pas acteurs.

  2. La pub fait peut être référence à une vrai famille, je pense qu’il faudrait avoir la certitude de cela avant de poster l’article. Mais il est vrai que cette famille n’est pas sensé représenter l’ensemble de cette communauté.
    Mais ça n’est pas ce qui m’intéresse aujourd’hui…
    Vous parlez lors d’un paragraphe en ces termes « à l’heure où la communauté musulmane attend avec impatience l’avènement des banques islamique en France »

    Vous parlez au nom de toute la communauté sur un avènement de banque qui pratique l’usure (riba) mais qui le déguise en appelant cela une banque ou prêt islamique.
    Comme s’il suffisait d’un terme pour rentre la pratique légiférée par notre religion.
    On s’attache là qu’à la forme… Mais si l’on veut aller sur le fond, il faut savoir qu’une loi européenne interdit le prêt sans intérêt!
    Et oui, donc il y a toujours quelqu’un qui le supportera pour vous…
    Dans le cas des soit disantes banques islamique ce sera celui qui acheté le bien.
    Car l’on masque l’intérêt sous la forme d’un achat vente.
    Le prix d’un bien doit être au prix du marché. Et comme le précise de nombreux savants le prêt islamique est halam car il vise à essayer de détourner les lois d’Allah.
    Certains d’entre eux (savants) font référence a un peuple parmi les enfants d’israël suite à l’interdit d’Allah Soubhana wa Taâla de pêcher le samedi, ils mettaient les filets de pêche le vendredi et les récupéraient le dimanche. Pensant ainsi ne pas désobéir à Allah. Mais on ne peut tromper Allah le très haut!
    Donc ce procédé s’apparente au même genre de pratique… Car l’intérêt est présent mais déguisé.

    De plus vouloir requérir à cette facilite montre un attachement à ce bas monde et je recommandante aux envieux de ces pratiques de s’en éloigner inshAllah.
    Celui qui délaisse une chose pour Allah, Allah lui là remplace par une chose meilleurs.

    Et j’enjoint katibîn à travailler sur le fond concernant cette question du crédit. Car vous avez un pouvoir sur vos lecteur et certains vont vous faire confiance concernant certaines questions religieuses. Et enjoindre les gens à cela vous responsabilise vis à vis d’Allah.

    Wa Allahou 3alem

  3. Pour introduire, je ne suis pas d’origine maghrébine, ni musulman.
    En découvrant votre article, je suis un peu triste de votre réaction.

    Car en voyant cette pub à la tv, j’ai été stupéfait, oui car de mémoire c’est la première fois de ma vie que je vois une famille « non blanche » (excusez l’expression) représentée dans les médias comme n’importe quelle famille française : qui peut réussir socialement, bien élever ses enfants, faire des projets, acheter une maison ou un appartement.
    Et cela m’a fait plaisir, oui. Très plaisir même.

    Ici, pour une fois, on ne parle pas de religion, ou d’origine, ou de milieu social. Et je me permets même (désolé d’avance) de penser d’expérience que toutes les familles de la diversité ne mettent pas forcément leur religion comme identité unique, comme unique mode de vie. Chacun vit sa religion il me semble.

    Je vois bien la récupération socio-économique évidemment, et bien sûr cela aurait été mieux de montrer 2 enfants comme pour tout schéma de famille classique à la TV.
    Mais il est nécessaire de mettre en valeur, pour changer l’état d’esprit de millions de Français « caucasiens », que les Français « maghrébins » ou « africains » sont avant tout des Français.

    Sinon, à rejeter ce type de représentations, ces populations resteront cantonnées aux faits divers du 20h, aux discours immondes de la politique « décomplexée » depuis la Présidence de 2007… qui conditionnent les futures générations.

    Voilà, ce n’est que l’avis d’un citoyen français qui s’interroge sur les différentes composantes de la société ; société qu’il aimerait voir évoluer, et assumer autant son passé que son présent.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*