Accueil / Écrits libres / Apologie du terrorisme, encore et encore !

Apologie du terrorisme, encore et encore !

De jour en jour, la France s’enfonce un peu plus dans une crise qu’elle s’est elle-même fabriquée : l’apologie du terrorisme. Des enfants de moins de dix ans, un professeur, de plus en plus de citoyens sont suspectés de tenir des propos « inacceptables ».

Toutes les suspicions issues de délations

C’est le système qui fonctionne le mieux en ce moment lorsqu’un citoyen soupçonne un autre citoyen, il n’a qu’à le dénoncer et ce dernier sera automatiquement confondu en justice. Plusieurs enfants de moins de dix ans ont ainsi été amenés à s’expliquer devant la police sur des propos qu’ils « auraient tenus ». C’est également l’histoire qui est arrivée à un professeur de Poitiers qui, depuis, est suspendu pour une durée de quatre mois, à titre préventif selon le rectorat. Pour les enfants, ce sont parfois des camarades de classe qui, pensant avoir entendu des paroles déplacées, les ont rapportées à leur enseignant qui les rapportera à son tour aux autorités. Lorsqu’on connaît la déperdition d’informations, lorsqu’on retransmet une information orale, on est en droit de s’interroger sur la nature véritable des premières paroles.

Un message ambigu envoyé par l’Etat

La tension augmente au fil du nombre de personnes suspectées pour « apologie du terrorisme » parce que tout d’abord ce terme demeure relativement flou. Difficile d’exprimer les contours de ce terme, à partir de quand peut-on considérer qu’une personne fait l’apologie du terrorisme ? Une question à laquelle il est difficile de répondre. Ce qui est simple en revanche, c’est le constat actuel, la présomption d’innocence est pour le moment mise entre parenthèses et chacun peut désormais être suspecté. En donnant autant de crédit aux dénonciations, l’Etat installe un climat de crainte pour les citoyens, devant désormais surveiller chacune de leurs paroles, notamment en présence d’inconnus ou dans les lieux publics. Dans une période où seule une unité permettra d’avancer, la façon dont la France gère la situation de « l’après » fait naître un grand nombre d’inquiétudes.

Les actes malheureux se suivent et s’enchainent actuellement sans que les réponses n’arrivent. Il est presque impossible d’expliquer les véritables motivations de ceux qui ont fait les attentats, comme il est presque impossible de déterminer jusqu’où vont aller les accusations d’apologie et quelles vont être les conclusions. Pour sortir de cette situation, continuons de nous enrichir intellectuellement, soyons solidaires et gardons espoir en des jours meilleurs.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*