Accueil / Actualités / Une internaute interpelle un journaliste de BFM TV sur son compte facebook

Une internaute interpelle un journaliste de BFM TV sur son compte facebook

Face à la désinformation grandissante de certains médias occidentaux et notamment de France -à l’image de BFM TV-, nombreux sont les Français qui ne peuvent cautionner le deux poids deux mesures et certains n’hésitent pas à le faire savoir et ce, depuis le début de l’offensive.

La nouvelle politique Facebook de BFM TV

Suite à la recrudescence de commentaires en soutien à Gaza sur la page officielle de BFM TV, celle-ci a désormais opté pour une politique plus stricte : le blocage du terme « Gaza »  pour toutes publications de commentaires. Une Katibînaute nous a alors contacté pour nous faire part de la décision prise par le média. Pour en connaître les causes, elle a choisi de s’exprimer directement sur la page Facebook d’un journaliste de BFM TV, Olivier Laffargue, avec un message clair :

Je vous mets au défi de trouver une info de l’actualité au Proche-Orient sur la page Facebook de BFMTV , de plus, le mot GAZA est censuré et supprimé systématiquement. Soyez vigilant nous payons tous une taxe d’audiovisuelle dont BFMTV bénéficie puisse qu’elle est une chaîne de la TNT et que si la chaîne y est présente, c’est aussi grave à vos téléspectateurs. Nous nous devons donc de nous indigner par ce manque de neutralité et de demander à ce que les sujet autour de « Gaza » soient partagés sur la page Facebook de BFMTV et non pas seulement sur le site car nous sommes surtout tous sur Facebook ! Merci de diffuser cette info ! Cordialement

Un échange personnel avec le journaliste

Message auquel Olivier Laffargue répond, en message privé, lui expliquant les raisons d’une sélection d’information sur la situation à Gaza :

bfmtvbfmtv 2

 

Une réponse peu convaincante pour la Katibînaute qui réplique estimant que ce choix n’est autre qu’une faute professionnelle :

10592459_679128678845558_256679069_nréponse 2
La pression des internautes aura été trop forte, BFM TV dépassé n’a pu assumer, trouvant comme unique solution le dérobement en décidant de renoncer -en partie- d’informer sur ce massacre sur les réseaux sociaux. On vous l’avait bien dit, ce sont bien vous les médias.

 

3 plusieurs commentaires

  1. La trahison des Intellectuels
    On n’entend pas beaucoup les intellectuels médiatiques dénoncer les atrocités commises contre les Palestiniens.
    On est loin de cette tradition française de l’intellectuel engagé qu’incarnaient de nombreux intellectuels d’Emile Zola à J.P Sartre. La tiédeur de l’ultra gauche en Occident a fortement déterminé un retournement de la situation en faveur des idées du marché capitaliste des droits de l’homme où se négocie les parts de la démocratie. L’envers du décor révolutionnaire est hélas un alignement sur un compromis de ’’classes’’.
    La désuétude du langage gauchiste et des coups qui ont été portés au socialisme réel ont pour leur part contribué à une sorte de repentance où se mêlent une multitude d’états de la société, l’apathie, la langueur, la paralysie du rêve des acteurs politiques et l’incroyable dissipation d’un monde plus juste porté par l’utopie de l’homme nouveau. Après deux siècles d’euphorie du progrès et des ses avatars, les déboires comportementaux de l’homme déplacent les priorités des problèmes de l’heure.
    L’abandon graduel du marxisme et de la question sociale et ce malgré la résistance de P. Bourdieu (la misère du monde) et des luttes alternatives, coïncide avec le glissement progressif vers une social-démocratisation du projet politique comme seule alternative au capitalisme triomphant.
    C’est dans l’entrecroisement du compromis idéologique conçu comme seule réponse à la mondialisation que nous assistons à la parade médiatique des nouveaux penseurs. Or pour ces derniers, il ne s’agit pas que de lutter contre les ‘’ goulags’’ mais de se mettre idéologiquement au service de cette ‘’ déterritorialisation du capitalisme’’. A point nommé, la mondialisation libère des espaces où ces derniers hiérarchisent les valeurs de la civilisation humaine. Et ce n’est pas un hasard si B.H. L célèbre la guerre de Libye « qu’il n’a pas voulu », dit-il. Le fait de le voir apparaitre sur un porte avion en dit long sur ses choix politiques et du rôle de mercenaire qu’il a joué. En ce sens, il jubilerait d’une catastrophe algérienne au cas où elle aura lieu, parce que ce qui le motive ce sont les actions revanchardes.
    D’autres comme lui se sont donnés à cœur joie à une multitude d’actions de nuisance pour détruire des Etats pour laisser place à un chaos périphérique. De tous les exemples, le cas de la Palestine représente le dilemme de la révolte qui se transforme en pure punition. La punition que subit actuellement la population palestinienne est au diapason d’une pensée sélective du droit international. La mesure du droit est une calamité du bon sens parce qu’on ne peut pas traduire les faits dévastateurs de la guerre comme simple opération de légitime défense. C’est de l’arrogance pure et simple des principaux organisateurs de l’ordre du monde, issu de la seconde guerre mondiale.
    Le peu de résistance des intellectuels à la tentation de la bonne conscience, piétine en quelque sorte le respect de l’Autre. En l’occurrence, les Palestiniens ne peuvent se soumettre indéfiniment au dictat d’une vie qu’on leur impose par le biais du blocus et la dispersion territoriale. Et à plus forte raison, on ne décide pas à la place des peuples le choix des dirigeants.
    Inaudible est la voix de ces intellectuels lorsqu’il s’agit de la cause palestinienne.
    Cordialement Docteur Ismail GUELLIL

  2. Le poème :
    Un enfant heureux sourit
    Un autre abandonné , gémit.
    Deux vies.
    Un autre enfant s’éveille radieux
    Un autre rejeté, rêve malheureux
    Toujours deux vies.
    Un enfant appliqué, désire étudier
    Un autre, futur soldat sera vite enrôlé
    Encore deux vies.
    Un matin lumineux un enfant riait
    Une nuit sombre,
    l’autre disparaissait
    Juste deux vies d’enfants.
    Je vous laisse méditer sur ce poème émouvant .

    video du Docteur GUELLIL Ismail
    https://www.youtube.com/watch?v=-VZAq2qZje4&feature=youtu.be

  3. POEME SUR LE MARTYRE DES GAZOUÏS
    (Poème d’ordre sociopolitique écrit sur la Palestine en deux parties : l’un vise à dénoncer les massacres aveugles et en masse et l’autre le tollé général, les réactions d’indignation et les mobilisations importantes du monde entier, le 18 juillet 2014.)

    Je suis scandalisée, par ces images impitoyables
    Lesquelles sur le Net ont défilées
    Et que j’ai partagées, car il fallait dénoncer
    Ces horreurs insoutenables
    Chargées de tant de bestialité
    Au point où j’en suis encore terrifiée.

    Leurs tortionnaires ont bien choisi le moment, du Ramadhan
    Pour injurier comme par le passé, les musulmans
    Car il s’avère que c’est une guerre de religion
    Pour marquer leur particularité
    Et surtout profiter, de ce que les victimes soient sous -alimentées
    Pour les empêcher de résister et même devant tant d’atrocité.

    Je commence à cogiter
    En me disant que cela ne peut pas durer
    Il fallait prendre le relais
    Des médias complices qui se contentent verbalement d’informer
    Le monde devait savoir la réalité
    Recevoir des bombes, ce que ça fait comme cruauté.

    Voir ces corps mutilés, déchiquetés, calcinés, carbonisés
    Des enfants encore innocents, fauchés et encore hébétés
    Et les parents fous de douleur se demandent ce qu’ils ont fait
    Cette lâche barbarie n’est pas digne de gens civilisés.

    Aux victimes, les occupants leur ont tout enlevé
    Après les avoir dépossédés de leurs biens, de leur terre, et de leur pain
    Ils reprochent à ces orphelins
    De répliquer ou même de s’insurger.

    Les missiles et les tirs de roquettes n’ayant pas réussi à cibler
    Ils deviennent plus arrogants que jamais
    Ils se croient maintenant invincibles et conquérants
    Après avoir machiavéliquement affaibli tous leurs voisins.

    On apprend qu’Israël va intensifier ses bombardements
    Elle procède à ciel ouvert pour une épuration
    Avec la complicité de ses acolytes
    Qui sont au courant de ses méfaits
    Et probablement avec leur bénédiction.

    Ils connaissaient par avance ses projets
    Pour les avoir préalablement annoncés
    Ils se gardent bien de s’opposer ou même de condamner
    Par cupidité et avidité.

    Les médias comme à l’accoutumée
    Donnent des représentations partisanes et tronquées
    Ou ils se contentent de donner une macabre comptabilité
    En justifiant les actes abominables de leurs alliés
    Par personnalités interposées
    Pour des exactions disproportionnées et démesurées.

    Mais, tous ces truands sont dans un égarement évident
    Et leur aveuglement finira par tout emporter et ravager
    Et leur heure viendra car le temps leur est compté
    J’en veux à tous ceux qui ne veulent pas s’impliquer
    Je suis persuadée, que si un bon nombre réagissait
    Il y aurait peut-être un sursaut d’humanité.

    Cette imposante mobilisation internationale
    Prouve que le monde est en émoi
    Et que les criminels sont aux abois
    Même s’ils pensent tout occire
    L’opinion finira par les anéantir et même à les proscrire.

    Elle montre que les jeux ne sont pas encore faits
    Car les manifestations ne sont pas encore terminées
    Même s’il y en a qui sont défendues
    Elles n’ont pas fini de révéler toutes leurs étendues.

    Ceux qui s’octroient des titres de prix de Nobel de la paix,
    Ainsi que l’O.N. U. et d’autres coalisés,
    Feraient mieux de se raviser
    Ils ne peuvent plus nous duper
    Car l’ignominie est consommée
    Et le déshonneur consacré.

    Dr Nadia Lallali (Yahia-Chérif)
    Sociologue et universitaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*