Accueil / Actualités / La minorité musulmane chinoise : la nouvelle cible des autorités ?
Crédit photo : medias-presse.info

La minorité musulmane chinoise : la nouvelle cible des autorités ?

Jeudi, la presse d’Etat chinoise annonçait l’arrestation de 29 individus « suspectés de terrorisme » dans la région du Xinjiang, placée sous la tutelle de Pékin. Une région peuplée en grande partie par l’ethnie des Ouïghours, une minorité de confession musulmane.

Une chasse à l’homme lancée depuis l’attentat du 22 mai 

Chose promise, chose due! Au lendemain de l’attentat suicide survenu le 22 mai dernier dans un marché de la capitale régionale de Urumqi,  faisant 39 morts et près d’une centaine de blessés, le gouvernement s’est lancé dans une véritable chasse à l’Homme.

Alors que le ministère chinois de la Sécurité publique s’était accordé un an pour retrouver les auteurs de cet acte, il leur aura fallu moins d’un mois afin de trouver les potentiels auteurs.

Véritable suspicion ou arrestations arbitraires en vue de faire taire les contestations?

Cette vague d’arrestations s’est produite dans la région du Xinjiang, là même où les Ouïghours s’insurgent face à de multiples discriminations tant religieuses que culturelles dont ils font l’objet.

En effet, selon la minorité, les autorités chinoises exerceraient des pressions à leur encontre sous couvert de la « lutte antiterroriste ».

3 condamnations à mort prononcées la semaine passée

La semaine dernière, un procès digne de l’époque du Moyen-Âge avait eu lieu. En effet, en guise de procès, 55 personnes, accusées de « terrorisme », avait été exposées dans un stade du Xinjiang. A l’issue de ce pseudo procès, 3 condamnations capitales avaient été prononcées par les juges.

 

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*