Accueil / Actualités / Guerre et vie privée : des voiles et des niqabs anti-drones
"Burqa" anti-drone par Adam Harvey

Guerre et vie privée : des voiles et des niqabs anti-drones

Les drones, emblèmes d’une époque où la technologie sert les instincts meurtriers et vengeurs de combattants 2.0 préférant abattre l’ennemi à distance, dans l’anonymat et le calme réconfortant d’un bureau, se démocratisent. Et quand ils ne tuent pas, ils observent.  

Désormais, chacun peut faire l’acquisition d’un drone. Ainsi, férus de nouvelles technologies, photographes, curieux ou même enfants ont la possibilité d’espionner d’observer, via ces engins télécommandés munis d’une caméra, le monde qui les entoure.

Résistance

Certains redoutent que, dans un avenir proche, un recours systématique aux drones à des fins sécuritaires par les forces de l’ordre engendre un climat oppressant et liberticide pour les citoyens surveillés et s’indignent face aux méthodes des armées en faisant déjà usage.

Un mouvement politico-artistique dénonçant les risques et dérives de gouvernements jouant les Big Brother est né et s’organise pour sensibiliser et proposer des solutions à la population.

Dissimulation

Parmi les artistes, plasticiens et parfois même anciens militaires américains militant désormais contre l’utilisation des drones, Adam Harvey  a créé en janvier dernier une ligne de vêtements destinés à déjouer les caméras thermiques des engins téléguidés et empêcher toute identification. Parmi ceux-ci un niqab et un voile.

Mais le militantisme et la discrétion ont un prix, celui de la « burqa-casquette » s’élevant tout de même à  2.500 dollars. C’est la somme que devront débourser les femmes désireuses d’allier pudeur et lutte anti-drones. Une initiative davantage destinée à interpeller sur les massacres à distance commis impunément qu’à réinventer la garde-robe de chacune.

"Hijab de dissimulation" par Adam Harvey

« Hijab de dissimulation » par Adam Harvey

• Les attaques de drone ont augmenté de façon exponentielle depuis 2009 dans le monde arabe. Le « Bureau of Investigative Journalism » couvre cette guerre secrète dont les frappes ne sont jamais officialisées et rapporte qu’entre 475 et 861 civils sont morts depuis 2004 dans les 362 frappes de drone au Pakistan.
• L’administration Obama a voté le 14 février 2013 une loi qui autorise d’ici 2015 les drones à survoler les Etats-Unis. Elle entend aussi développer intensément la surveillance des citoyens américains via les futurs drones des agences gouvernementales et des polices locales. (NouvelObs.com)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*