Accueil / Actualités / Koweït : 11 ans de prison pour avoir tweeté

Koweït : 11 ans de prison pour avoir tweeté

On ne badine pas avec les rois du pétrole, qui s’y frotte s’y pique. Depuis octobre 2012, le gouvernement kowétien réprime sans peine les militants en ligne. 

Houda al-Ajmi, une jeune femme koweïtienne a été condamnée ce lundi 10 juin à onze années de prison ferme, elle n’a ni tué ni volé, son crime :  avoir twitté des tweets contre son émir. Ses propos ont été jugés insultants, le tribunal a retenu trois chefs d’accusations contre elle : insulte envers son émir, appel à renverser le régime et mauvaise utilisation de son téléphone.

Elle a été condamnée à cinq ans de prison pour le premier fait, puis cinq autres années pour le second et une année supplémentaire pour sa mauvaise utilisation du téléphone. À 37 ans, Houda al-Ajmi est la première femme au Koweït à être sanctionnée et emprisonnée pour des tweets.

La peine dont écope la koweïtienne est en outre, la plus lourde prononcée par le Koweit dans ce type d’affaire. Houda al-Ajmi a réfuté toutes les accusations retenues contre elle. En vertu de la loi, elle peut toutefois se pourvoir en appel pour palier à  ce verdict .

Il est rare de constater une telle sévérité à l’encontre des femmes pour des raisons politiques au Koweït, pays où l’on possède une liberté d’expression un peu plus confirmée que dans d’autres pays du Moyen-Orient. 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*