Accueil / Actualités / Un député PS désire financer un centre culturel musulman

Un député PS désire financer un centre culturel musulman

Chaque député dispose d’une enveloppe de 130 000 euros à attribuer selon son bon-vouloir à des projets, organismes et associations de son département.

Une subvention de 50 000 euros

Vincent Feltesse, probable futur candidat à la mairie de Bordeaux face à Juppé et député PS de la Gironde, a annoncé jeudi 11 avril ce qu’il comptait faire de cette fameuse « réserve parlementaire ». La nouvelle en a surpris plus d’un, en a ravi certains et a évidemment fait grincer des dents tout à droite. Ce ne sont pas moins de 50 000 euros que compte attribuer Feltesse au centre culturel en guise de subventions, somme toutefois dérisoire au vu de l’estimation du coût final du projet : 15 à 20 millions d’euros.

Un projet en accord avec la laïcité

Le projet proposé par l’imam Tarek Oubrou consiste en la construction d’un centre comprenant une mosquée, des salles de réunions, un amphithéâtre et une bibliothèque dans le quartier de la Bastide à Bordeaux. Les lois françaises interdisant aux députés de financer des lieux de culte, fruits d’une laïcité à laquelle le pays tient tant, Feltesse insiste sur l’aspect culturel du projet, sa mixité et rappelle que « la réalité, c’est que les collectivités locales aident à financer l’entretien du patrimoine des églises ».

Un cadre pour l’islam de France

Partant du constat que « la religion musulmane a récemment progressé sur le territoire », le député socialiste souhaiterait poser les bases d’un islam indépendant des financements étrangers et considère que « justement à Bordeaux, il y a un gros travail, autour de l’imam Oubrou, sur l’articulation de l’islam et des valeurs républicaines»… une « démarche à laquelle [il est] sensible » ajoute-t-il.

L’élu dénonce le « déséquilibre » entre les cultes dans ce pays et tient à prendre en compte la population musulmane qu’il estime à 4 à 6 d’individus. Quoi qu’il en soit, espérons que cela n’engendrera aucun sentiment de dette envers les politiques et que la communauté gardera son indépendance cultuelle. 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*