Accueil / Actualités / Exclue de son collège pour un bandeau

Exclue de son collège pour un bandeau

Sirine, une jeune collégienne musulmane de 15 ans à été exclue de son collège ce vendredi 5 avril pour le simple port d’un bandeau noir sur la tête et d’une longue jupe.

Pour un simple bandeau et une longue jupe

La jeune fille qui suivait des cours de troisième au collège de Prunais à Villiers-sur-Marne, s’est vue exclure de l’établissement pour port de bandeau qui lui couvrait une partie de la tête et une longue jupe. Le conseil de discipline a pris la décision de renvoyer l’adolescente, considérant cela comme un symbole religieux. « C’est complètement faux » a déclaré l’adolescente.

Poursuite en justice

La famille de Sirine avait saisi la justice contre le collège, le juge avait alors émis la décision de rétablir l’adolescente dans son collège au mois de mars.

« L’intéressée ne confère à sa tenue qu’une qualification de mode » conclut la justice. La mère de la jeune fille s’exprime par ses propos  : « C’est n’importe quoi ». Avec l’aide du Collectif contre l’Islamophobie en France ( CCIF), elle a décidé de porter plainte contre le collège pour discrimination

Analyse à la lumière de la laïcité

La laïcité est donc le leitmotiv de toutes les institutions créant des polémiques à l’encontre des musulmans mais la réalité des textes et l’essence de ce concept ne corroborent pas du tout ce genre de dérives que l’on peut qualifier de discriminantes. En effet, la laïcité selon Chateaubriand et les ténors de la loi de 1905 doit permettre à quiconque le souhaite de vivre librement sa foi comme il l’entend. Pire encore, la laïcité a été conçue pour empêcher ce genre de dérives, c’est-à-dire empêcher que le cercle politique influence le cercle privé et inversement. Or, c’est exactement ce qui est en train de se passer : la classe politique n’a de cesse de réduire cette liberté qu’octroie la laïcité. Les musulmans n’ont aucun problème avec la laïcité, mais ce sont les politiciens actuels qui modifient la loi pour la restreindre et ainsi bafouer la laïcité paradoxalement.

Dans son essence et dans sa lettre, la loi de 1905 , ne concerne que les représentants de l’état dans leurs fonctions (professeurs, employés de mairies, élus etc.) et non le peuple, et donc ne concerne pas les élèves d’une école. Une école laïque est une école dans laquelle le corps professoral et donc le corps qui représente l’État est neutre, pas les élèves. Passons sur ce détail qui est passé à la trappe, dans cette affaire il ne s’agit que d’un bandeau porté sur la tête.

Une fois encore cette affaire ne va pas arranger les choses en termes de vivre-ensemble, outre l’aspect insultant de la chose, cela va contribuer à renforcer l’atmosphère délétère qui sévit en France et à pousser les jeunes filles à s’exclure du cycle scolaire, bravo la République…

Crédit photo : Le Parisien

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*