Accueil / Actualités / Le Louvre à Abou Dhabi

Le Louvre à Abou Dhabi

Parce que visiblement la simple appellation « Musée » ne suffisait pas aux ambitions démesurées de l’émirat d’Abou Dhabi, et parce que la réputation de notre Louvre national n’est plus à faire, une collaboration motivée par des intérêts communs est née.

Un projet titanesque

louvre-abu-dhabi

 Le plus grand émirat des Émirats Arabes Unis consacrera pas moins de 50 millions d’euros à l’édification de l’immense galerie. Et ses dimensions sont impressionnantes, c’est le moins que l’on puisse dire. Le bâtiment destiné à être une île à part entière fera 24.000 m² dont 6.000 consacrés aux expositions permanentes et 2.000 aux temporaires. Une coupole de 180 mètres surplombera et couvrira ainsi les deux tiers de l’édifice.

 

Un partenariat culturel

FileSaadiyat_Island_Model_Pict_1

 Fruit d’un accord gouvernemental signé le 6 Mars 2007 entre la France et les Émirats Arabes Unis, le Louvre d’Abou Dhabi devrait voir le jour en 2015 dernier délai. L’idée naquit d’une entente entre les deux nations mais le chantier gigantesque sera arabo-espagnol. En revanche, c’est bien un architecte français, Jean Nouvel, qui a dessiné le bâtiment.

 

L’île de Saadiyat, surnommée l’île aux musées, n’en accueillera pas moins de 5 en tout, dont un Guggeinheim déjà construit.

Les prix du succès

Les dépenses en vue de la réussite du projet et le coût de cette coopération sont exorbitants. Ainsi pour la simple appellation « Louvre », la partie émirienne a versé à l’Etablissement Public du Musée du Louvre 150 millions d’euros 30 jours après la signature de l’accord, et versera ensuite 62,5 millions d’euros à l’ouverture du Musée, 62,5 millions d’euros 5 ans après l’ouverture, 62,5 millions d’euros 10 ans après et encore 62,5 millions d’euros 15 ans après l’ouverture du Musée.

En plus du caractère indécemment dispendieux du projet, celui-ci ne peut qu’interroger les musulmans que nous sommes de par ses orientations artistiques. Bien que le prophète – Paix et bénédiction sur lui – ait clairement fixé le principe non-figuratif de l’art susceptible de seoir à Allah, nul doute que les expositions des différentes galeries du gigantesque complexe touristico-culturel n’hébergeront pas qu’oeuvres abstraites et calligraphiées.

Entre maintien d’un des PNB les plus élevés au monde et respect des enseignements divins, l’Émirat aurait-il choisi ? Allah est plus savant.

 

« Cette vie d’ici-bas n’est qu’amusement et jeu. La Demeure de l’au-delà est assurément la vraie vie. S’ils savaient! »
[Sourate 29 : verset 64]

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*