Accueil / Actualités / Quand les écoles forment les futurs sionistes…

Quand les écoles forment les futurs sionistes…

Le « directeur des études » de l’École Supérieure de Journalisme (ESJ) de Lille vient de faire fort, en matière d’indépendance de la presse, en confiant au CRIF la formation de ses élèves.

Dans une semaine, une soixantaine d’étudiants de l’Ecole supérieure de journalisme de Lille s’envoleront pour neuf jours en Israël. L’école, qui a des difficultés financières, ne paye qu’une partie du séjour. Le billet d’avion et une partie du logement sur place seront pris en charge par le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif). Pourquoi le Crif finance-t-il ce voyage ? Pourquoi ne pas essayer d’éduquer les étudiants en journalisme et faire entendre « tous les sons de cloche ».

Difficile à imaginer que les médias français actuel sonne la cloche palestinienne !

Stéphanie Dassa, chargée de mission au sein du Crif qui a organisé le voyage avec l’école de Lille : « On pourrait rester là et ne rien faire, et se contenter d’une posture critique. Mais le Crif peut aussi être une force de proposition et permettre à des jeunes d’approcher la réalité du conflit. L’idée n’est pas de faire entendre un autre son de cloche aux étudiants en journalisme français, mais tous les sons de cloche. Je crois à la capacité d’écoute qui peut se développer avec la découverte de la complexité de la situation. »

Complexité ? Complexité à déguiser la vérité alors sans doute…

Le Crif ne l’avoue pas, pèse ses mots, mais il aimerait qu’à la fin du séjour, les étudiants en journalisme aient changé d’avis. Qu’ils soient moins hostiles à la politique du gouvernement israélien. Au début, des étudiants de l’ESJ de Lille se sont posé la question, ont dénoncé une propagande. Certains ont même pensé boycotter le séjour. Puis le directeur des études, Pierre Savary, a fini par les convaincre que le voyage serait équilibré. « Il n’y aura aucune production journalistique, c’est un voyage de réflexion sur le traitement médiatique du conflit. Par exemple, faut-il écrire “implantation” ou “colonie” ? »

Belle quenelle et bourrage de crâne en perspective, mais… « équilibré » bien-sûr! Que l’on veuille jouer sur les mots, « Implantation » ou « Colonie », le résultat reste le même : prendre possession d’une terre qui n’est pas la sienne.

Si certains ont un message à transmettre aux responsables suite à cette honteuse et déplorable initiative.
Nous vous invitons à écrire à : esj@esj-lille.fr ou bien : M. Pierre Savary, Ecole Supérieure de Journalisme, 50 rue Gauthier de Chatillon 59000 Lille (tel 03 20 30 44 00)

Source : Rue89

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*