Accueil / Actualités / Pour se faire entendre, il menace de brûler le Coran devant l’Élysée

Pour se faire entendre, il menace de brûler le Coran devant l’Élysée

En septembre 2011, l ‘association islamique de Romilly-sur-Seine reçoit, par courrier, des pages brûlées et déchirées du Saint Coran. Les 20 et 21 mars 2012, l’Élysée, France 2 et TV Al Jazeera reçoivent par courrier l’information selon laquelle le Coran sera brûlé devant l’Élysée le Vendredi 13 mars, ajoutée au message «  Rendez vous sur place pour connaître la motivation ». Les empreintes sur l’enveloppe confondent un homme de 41 ans, résidant à Romilly.

[pullquote_right]Rendez vous sur place pour connaître la motivation[/pullquote_right]

Arrêté et poursuivi pour incitation publique à la discrimination et la haine religieuse, il explique avoir trouver le moyen le plus efficace de se faire entendre en s’attaquant au Coran, précisant que « ces affaires là ont toujours plus d’échos ».Paradoxalement, l’homme affirme n’avoir absolument rien contre l’Islam ou contre les musulmans. Il ajoute qu’il souhaitait juste dénoncer un contentieux immobilier dans lequel il s’estimait victime et que le Coran dans cette affaire, ne s’avérait être que le moyen d’attirer l’attention de l’Administration sur son problème. Il poursuit :  « Pendant ma garde à vue, les gendarmes m’ont dit que le procureur en personne avait pris mon dossier ». Pour sa défense , il continue « S’il faut que j’aille m’expliquer devant les musulmans de Romilly et leur présenter mes excuses, j’irai. Je n’ai rien du tout contre eux. »

L’avocat de l’association islamique de Romilly-sur-Seine dénonce « Ce qui prête à confusion, c’est le décalage entre le mobile, personnel, obsessionnel, et des agissements qui consistent à vouloir dégrader publiquement un livre sacré. De la part du prévenu, il y a la volonté de se servir de quelque chose de sensible pour en tirer parti ».

L’homme se voit finalement condamné par le tribunal à payer une amende de 3 000 € dont 1 500 € avec sursis.

Cette affaire nous montre une fois de plus que le sujet de l’Islam en France est devenu malgré lui bien sensible. L’approche qui en est faite par les individus n’est pas homogène. Tout le monde en parle car beaucoup écoutent quelque soit la légitimité de ce qui est dit. Qu’il s’agisse des politiques ou des particuliers , l’Islam est rarement perçue comme une fin, mais davantage utilisée comme un moyen. Réveillons nous l’Islam est une religion, pas un nouveau moyen de communication. 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*