Accueil / Actualités / Nabi Saleh, village Palestinien en résistance

Nabi Saleh, village Palestinien en résistance

Nabi Saleh est un village Palestinien en résistance contre l’occupant israélien.

Ce village subit la colonisation, le vol de terres et d’eau, la présence de l’armée israélienne, les destructions de maisons,  les violences, les arrestations, la privation de liberté…. La liste est longue.

Il y a un peu plus de deux mois, un de ses habitants Mustafa Tamimi est mort en martyr tué par l’armée israélienne, peut-être en avez vous entendu parler.

 

Un documentaire excellent

« We are Nabi Saleh »  (Nous sommes Nabi Saleh) est un documentaire sur ce village et ses habitants.

Différents aspects de l’occupation israélienne se reflètent dans ce village de seulement 500 habitants. La vie dans ce petit village en Cisjordanie ne sera plus jamais la même quand en 1977, 40 familles Juives ont emménagé dans une ancienne forteresse Anglaise abandonnée à seulement quelques kilomètres de Nabi Saleh. Avec l’arrivée de cette colonie, les Halamish,  un infâme scénario a commencé.

Un check-point a été installé à l’entrée du village, les champs d’oliviers ont été coupés pour raisons de sécurité et les ordres de démolition de maisons ont suivi, c’est la colonisation.

En 2009 la source  d’eau du village a été 
 prise par la colonie,  à partir de ce moment tous les vendredis les habitants de Nabi Saleh organisent une manifestation aux abords de la source, et depuis, chaque vendredi la manifestation est réprimée dans la violence, avec de multiples blessés et des arrestations.

Les réalisateurs du documentaire « We are Nabi Saleh » (Jan Beddegenoodts, Niel Iwens, Rachel de Plaen et  Linah Alsaafin) ont suivi ces manifestations et la population de village pendant 6 mois et sont restés plusieurs semaines sur place afin de faire un portrait unique de Nabi Saleh.

 

Palestiniens résistants

Dans ce documentaire vous découvrirez plusieurs personnages très émouvants et attachants.

Comme Nariman , elle est l’un des piliers de cette lutte populaire. Son mari Bassem est l’un des leaders de ses manifestations pacifiques, il a été arrêté plus d’une dizaine de fois, et a été emprisonné sans charges sérieuses. Nariman est la mère de 4 enfants, sa maison est sous ordre de démolition et on peut la voir tous les vendredis avec sa caméra afin de filmer la manifestation pour une association de défense des droits de l’homme nommée B’tsalem.

Tamiem qui a 10 ans, qui est là  tous les vendredis et qui voit comment l’armée israélienne se conduit dans le village. Pendant la semaine il joue avec ses amis au jeu « Palestiniens contre l’armée israélienne »,  Tamiem dit  » des fois on joue à ça dans un jeu, des fois on y joue pour de vrai ».

Majd qui avait un rêve, aprés le collège il voulait aller en sports-études. Une grenade lacrymogène  (un modèle interdit par la loi) en a décidé autrement. Sa jambe a été touchée et Majd ne sera plus jamais capable de faire du sport comme il le faisait avant. A la place il a décidé d’étudier la loi et grâce à ça il espère pouvoir se protéger ainsi que sa famille à l’avenir. Majd ne va plus aux manifestations du vendredi, pour lui maintenant le vendredi  signifie : rester à l’intérieur avec le bruit des bombes à l’extérieur.

Abû Hosâm, qui comme beaucoup d’autres était en prison pendant la Seconde Intifada, pendant sa détention la colonie Halamish lui a pris une grande partie de sa terre. En dépit des blessures et  des dommages sur sa maison il est chaque vendredi sur la ligne de front de la manifestation. Il n’a pas peur de se confronter aux soldats et d’aller leur parler directement.  Vous trouverez souvent Abû Hosâm devant la caméra.

Bashir qui est le Maire du village, chaque vendredi vous le voyez  marcher à travers les balles en caoutchouc et les gaz lacrymogènes pour accueillir les militants pacifistes internationaux et israéliens  qui participent aux manifestations. Chaque vendredi vous le voyez observer la manifestation silencieusement tout en portant la responsabilité et le stress de l’organisation de la manifestation.  Bashir se soucie beaucoup de la sécurité des manifestants. Le Maire garde la foi en ces manifestations pacifiques de Nabi Saleh, même quand ils ont arrêté son fils ou que l’armée envahit sa maison.

 

Ce documentaire est attendu pour avril incha’Allah en voici un  premier extrait: .


http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=DdyD8yZ68NA

 

Photos du martyr Mustafa Tamimi Allah y Rahmou, et des manifestations pacifistes du vendredi  à Nabi Saleh:

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*