Accueil / Actualités / Oui à la mini-jupe – Non à la robe longue

Oui à la mini-jupe – Non à la robe longue

Il y a quelques jours, une affaire qu’on ne pourrait qualifier que comme étant drôlement surprenante éclate dans un lycée en Région parisienne.

Le problème: des filles musulmanes portent des robes trop longues jugées comme étant ostentatoires par la directrice du lycée Augusute Blanqui à Saint Ouen. Ces robes, jugées comme étant porteuses de valeurs islamiques ne sauraient être acceptées par une directrice dont on remets sincèrement en cause sa pédagogie. Aussi, on demande à ces jeunes filles musulmanes de ne pas porter de tels vêtements sous peine de sanction.

Où va-t-on? Dans un pays où porter le voile est devenu chose inacceptable, on tend progressivement à restreindre les codes vestimentaires et à imposer une façon de se vêtir? De telles pensées sont liberticides et se répandent comme des traînées de poudre. Qu’espère la France? Imposer son modèle féminin? Ce pays qui accepte avec joie de voir dans ses rues se promener des filles à moitié dévêtues. Est-ce là la société que l’on désire construire? Une société où la femme n’existe que par et pour son corps?

Oui à la mini jupe – Non à la robe longue? Oui à l’indécence, et non à la pudeur. La situation devient de plus en plus problématique, pour ne pas dire dramatique. Les actes d’islamophobie se multiplient et même le CRIF réagit en dénonçant une polémique insensée qui nait de la bêtise d’une directrice; directrice dont le comportement n’est évidemment pas dénoncée par les masses médias ni même montré du doigt par les politiques; des politiques qui se contentent de regarder, avec une apathie sans égal, la multiplication de ces discriminations à l’encontre de la communauté musulmane.

On ne s’attend pas à plus de certaines organisations dites islamiques, et qui se terrent elles aussi dans le silence! Notre seul atout: un engagement commun et une solidarité qui doit se voir accrue. Unissons nous pour condamner fermement ce qui, a priori, prend chaque jour un peu plus d’ampleur.

Réagissons et dénonçons!

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*