Accueil / Actualités / Saison France/Israël envers et contre tout

Saison France/Israël envers et contre tout

Si les États-Unis affichent clairement leur soutien sans faille à l’État israélien, la France fait preuve d’un laisser-aller qui n’aide pas non plus les colonisateurs à se remettre en question. Pour ne pas changer, au mépris des derniers évènements qui ont secoué la bande de Gaza, notre président s’apprête à accueillir Benyamin Netanyahou le 5 juin 2018, à l’occasion du lancement de la saison France/Israël.

 

La Saison France/Israël qu’est-ce que c’est ?

Depuis 1985, les saisons font dialoguer la France avec plus de 60 pays. Cette année, à l’occasion du 70ème anniversaire de la fondation de l’État israélien, la Saison France-Israël se déroulera de manière simultanée en France et en Israël entre les mois de juin et de novembre 2018 et donnera lieu à plus de 400 événements dans les deux pays.  Elle sera mobilisée autour de savants, d’intellectuels et d’artistes et elle a pour ambition«  de montrer la vitalité de la relation bilatérale dans les domaines culturels et scientifiques, de marquer une nouvelle étape dans les relations économiques et de renouveler le regard que portent les Français sur Israël et les Israéliens sur la France ». Autant dire qu’il s’agit de redorer le blason d’Israël avec la Culture pour vitrine.

Ah oui ? Et malgré le contexte ?

Cela survient seulement trois semaines après les événements meurtriers de Gaza et après que le monde entier ait été témoin des crimes de l’armée israélienne à l’encontre de jeunes manifestants pacifiques et inoffensifs. Même si l’État israélien n’en est pas à son premier massacre, le maintien de cette saison dans ces conditions reflète l’insensibilité de l’État français face au sort du peuple palestinien. Après avoir ignoré le vote du Parlement français en faveur de la reconnaissance de l’État palestinien, notre président repousse une énième occasion de montrer une once de soutien à l’égard du peuple opprimé et de se positionner clairement contre les exactions de l’armée israélienne. Le premier ministre Édouard Philippe a quant à lui annulé son déplacement en Israël qui devait avoir lieu le 31 mai et 1er juin et durant lequel il devait inaugurer cette saison. Des raisons intérieures ont été évoquées, même si l’on se doute de la réelle raison de ce changement de programme.

L’évènement contesté

Dans une pétition publiée le 4 mai par Mediapart, 80 personnalités du monde de la culture ont exprimé leur solidarité avec le peuple palestinien et leur refus de participer à cette vitrine qui «  sous couvert de promouvoir le dialogue et l’échange, est en réalité l’un des moyens mis en œuvre par le gouvernement israélien pour redorer le blason de l’État d’Israël….».  D’autre part, l’AURDIP (Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine) et la BDS (Boycott-Désinvestissement-Sanctions) ont lancé conjointement une pétition qui a reçu 11 000 signatures en moins de 3 jours. Le collectif Une Autre Voix Juive a quant à lui publié une lettre ouverte pour demander la suspension de la saison. Mais puisque ces voix ne sont pas entendues, La Coordination des Associations Palestiniennes de France et les associations de solidarité avec la Palestine appellent à un rassemblement le 5 juin 2018 de 18h30 à 22h, devant le Grand Palais (métro Champs Élysées Clemenceau), lieu annoncé de l’inauguration.

 

Lorsque l’on ignore l’opprimé et que l’on mange à la même table que l’oppresseur, nul besoin de dire avec les mots de quel côté on se positionne, car les actes en disent déjà long.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.