Accueil / Actualités / Rohingyas : de victimes à bourreaux ?

Rohingyas : de victimes à bourreaux ?

Ce mercredi, l’ONG Amnesty International a publié un rapport qui dénonce des crimes commis par les rebelles Rohingyas à l’encontre d’une minorité hindoue de l’état d’Arakan.

Ce qui est dénoncé

A l’issue de son enquête réalisée sur place et après avoir recueilli de nombreux témoignages de villageois concordants, l’ONG a statué sur une centaine de morts dans le village de Kha Maung Seik. Cela se serait produit dans le cadre d’enlèvements par l’autoproclamée Armée du Salut des Rohingyas de l’Arakan qui aurait essayé de forcer ses victimes à se convertir à l’islam. Si le but énoncé par Amnesty International est de faire preuve d’équité et de dénoncer toute atteinte aux droits humains, l’information a été relayée par plusieurs médias, dont un s’est permis de remettre en cause le statut de victimes des Rohingyas au profit de celui de bourreaux. Alors que l’ONG vise clairement les rebelles, ce média parle des rohingyas en générale et s’est empressé de remettre en question les appels aux dons lancés par les célébrités au profit des réfugiés au Bangladesh. Si nous devons bien-sûr être juste et déplorer toute action criminelle, d’où qu’elle vienne, on ne peut en aucun cas nier la réalité qui est celle des rohingyas.

Ce qu’il ne faut pas oublier

Les rebelles rohingyas se limitent à environ cent personnes et ne représentent en aucun cas les centaines de milliers de rohingyas de Birmanie. Notre religion ne nous permet pas de faire preuve d’injustice en ignorant ces nouveaux éléments. Cependant il ne faudrait pas que cela serve à désolidariser la communauté internationale, qui ne se mobilise déjà pas assez pour la cause. Car il n’en reste pas moins que plus de 700 000 personnes ont du prendre la fuite suite au exactions de l’armée birmane, dans l’indifférence et l’inaction de la dirigeante birmane. Il ne faut pas oublier que ce sont des milliers de personnes qui ont été tuées, violées, torturées. Suite à leur fuite, des familles se trouvent aujourd’hui disloquées et éparpillées dans différents pays. Et par ailleurs, alors que cela va bientôt faire 9 mois que l’exode massif a eu lieu, les ONG présentent au Bangladesh s’attendent à une vague d’accouchements issus des viols par l’armée birmane, avec toutes les conséquences que cela implique.

 

Nous déplorons et nous nous insurgeons contre ce qui est dénoncé par Amnesty International. Mais un crime n’en effaçant pas un autre, les rohingyas sont et resteront des victimes et cette enquête nous montre simplement qu’ils ne sont pas les seuls.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.