Accueil / Interview / Badis Diab, un « Galactik » français à la conquête du monde
Badis Diab, un "Galactik" français à la conquête du monde
Crédit: Fondationbadisdiab.com

Badis Diab, un « Galactik » français à la conquête du monde

Vous ne croyez peut-être pas en lui, mais lui croit sûrement en vos talents de footballeurs… Badis Diab est le directeur général du cabinet de consulting et d’accompagnement pour footballeurs amateurs: Galactik France. Tantôt sur les terrains à dénicher les futurs talents ghanéens, tantôt à lutter contre la pauvreté à Tamale (au nord du Ghana), Badis Diab aide les footballeurs français à se propulser vers la planète Ligue 1 s’ils suivent les conseils de son cabinet… Katibîn l’a interrogé.

 Salam alleykoum Badis Diab parlez-nous un peu de votre parcours ?

Wa alleykoum salam je m’appelle Badis Diab j’ai 25ans, je suis d’origine algérienne et j’ai grandi dans le sud de la France. Je suis le directeur général de Galactik France. Après ma formation à Saint-Etienne je suis rentré dans le football consulting, j’ai travaillé pour le club  et aussi pour Watford en Angleterre. J’ai assisté de grands agents reconnus tels que Paul Stretford l’agent de Wayne Rooney, l’agent de Roberto Carlos ou de Guti (ex-Real Madrid) (Marko Kirdemir), ou l’agent de Gareth Bale (Jonathan Barnett). Pendant 5ans j’ai principalement exercé à Londres, puis je suis venu sur Paris pour lancer Galactik France début 2016.

Justement, qu’est-ce que le cabinet Galactik France ?

Galactik France c’est une société de conseil et d’accompagnement des footballeurs amateurs. Pour à peu près 25 euros par mois pendant 6 mois, on accompagne le footballeur dans son quotidien, on va l’aider à travailler sur le plan mental, sportif et footballistique. On va essayer d’analyser ensemble ses faiblesses sportives ainsi qu’extra-sportives, pour ensuite les palier afin qu’il puisse réellement prétendre au haut-niveau. Par exemple… Si notre client est victime de retards physiques, on va l’accompagner pour qu’il puisse retrouver une condition optimale. On fait du cas par cas, chaque joueur est différent, les faiblesses seront donc nos axes de travail. On ne fait appel à aucun professionnel extérieur, on gère les problèmes en se basant uniquement sur notre expérience dans le monde du football.   

Sans vous mettre dans l’embarras, votre activité fonctionne bien pour le moment ?

Oui Grâce à Dieu, je travaille directement avec les footballeurs amateurs et je me suis rendu compte que j’étais le seul à le faire. Effectivement Galactik France est en situation de monopole sur le marché, et pourtant il y a énormément de demande ! Avec notre accompagnement, le joueur pourra prétendre au football professionnel. Aujourd’hui 350 clients de différentes origines nous font confiance, il nous arrive même de mettre en place des détections, dernière en date le 11 septembre en banlieue parisienne.

Quelles ont été vos motivations ?

Pour répondre à un besoin. J’ai remarqué que dans le football amateur français, on avait besoin d’un soutien professionnel. Le football amateur est le vivier du monde professionnel, financièrement et sportivement c’est lui qui fournit les grands clubs. Sans football amateur il n’y a pas de football professionnel. Toutes les personnes qui veulent entrer dans le monde du consulting veulent immédiatement égaler les plus grands, Mino Raiola (agent de Zlatan Ibrahimovic, Matuidi ou Pogba…) ou Jorge Mendes (agent de Cristiano Ronaldo et d’autres…), on a tendance à négliger l’importance du  bas de l’échelle.

Aujourd’hui seriez-vous prêt à créer de nouveaux cabinets dans d’autres pays ?

Dans des pays occidentaux pourquoi pas, généralement les populations qui y vivent sont en mesure de payer ces conventions, il n’y a pas autant de pauvreté qu’en Afrique par exemple. Dernièrement, je viens de créer mon propre club de football à San Francisco aux Etats-Unis, il intègrera la 4ème division américaine, soit l’équivalent de la CFA 2 en France. En revanche, j’aimerais développer des académies dans d’autres pays moins développés comme l’Algérie, le Maroc ou autres, en plus du Ghana…

D’ailleurs le Ghana, parlons-en si vous le voulez bien…

Au Ghana j’y suis allé pour y développer le football, j’ai créé la BADIS DIAB ACADEMY. Pourquoi le Ghana vous allez me dire…

Effectivement et pourquoi pas le pays de vos parents…?

…parce qu’avec le Nigeria ce sont des pays où regorgent le plus de talents selon moi, c’était aussi l’occasion de couper avec la France-Afrique des pays sahéliens ou maghrébins. J’ai opté pour le nord du pays, la région de Tamale précisément, c’est une région à 80% musulmane et d’où sont issus les plus grands joueurs ghanéens: Abedi Pelé (père de Jordan et André Ayew), Majid Waris (Fc Lorient actuellement) ou Baba Rahman (Schalke04…) pour ne citer qu’eux. C’est une région délaissée par le gouvernement et par les recruteurs, les activités se concentrent essentiellement à Accra la capitale. Tamale est très très pauvre…

Comment pilotez-vous la BadisDiab Academy ?

Au Ghana j’organise des mini détections, d’ailleurs de nombreuses personnes y répondent présents. Nous prenons ensuite les meilleurs joueurs pour les intégrer dans l’académie que j’ai crée, aujourd’hui nous avons une équipe U12, U15, U19 et U21. J’ai un ami qui gère tout sur place, moi je suis le directeur de l’académie. Le but est que je vienne au minimum une fois par moi et que je suive le développement de ces joueurs.

Quels sont les moyens mis dans cette académie ?

Une école nous a prêté un terrain en herbe, auparavant les enfants jouaient sur du goudron c’était vraiment difficile. On essaie d’imposer l’utilisation des crampons mais on fait avec les moyens qu’on dispose, on tente de faire des partenariats avec des clubs pour qu’ils puissent nous recycler leurs équipements usés, on « meuble » généralement. Dans le futur, mon but sera de fournir les grands clubs ghanéens, il faut donc que ces enfants puissent se mettre dans les mêmes conditions que les professionnels. En quelques semaines, la BADIS DIAB ACADEMY a suscité l’attention des plus grands médias du Ghana, METRO TV ou Radio Zaa 99.3 par exemple… 

En parallèle on s’aperçoit que vous orientez beaucoup les projecteurs vers la situation des enfants de Tamale…

Exactement c’est aussi pour cette raison que j’ai crée la FONDATION BADIS DIAB. Là-bas j’ai vu  « LA » pauvreté: la famine, des enfants en malnutrition, peu de vêtements… et pourtant ils avaient tous le sourire, ça m’a bouleversé. Ils ne disposent de rien, ils ne peuvent même pas se nourrir convenablement, c’est une région pratiquement abandonnée par le gouvernement. Mon but est de répondre d’abord à l’urgence humanitaire, nous récupérons des vêtements neufs ou déjà portés, puis nous essayons de leur fournir des livres scolaires grâce à l’argent récoltée. C’est une situation d’extrême pauvreté dans une indifférence totale, cela m’a particulièrement touché lorsque je suis arrivé au Ghana. Dernièrement je me suis entretenu avec des membres de la communauté musulmane, et aussi  Dominique Sopo (Président SOS Racisme) pour alerter sur la situation, je suis même intervenu dans une école à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) pour sensibiliser les enfants. Je suis particulièrement actif sur les réseaux sociaux concernant la FONDATION BADIS DIAB.

Merci Badis Diab on vous souhaite une bonne continuation avec Galactik France, votre académie et la Fondation Badis Diab.   

  

Un commentaire

  1. je vous de m’indiquer l’adresse de la fondation badis diab

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*