Accueil / Actualités / Plusieurs abattoirs clandestins découverts le jour de l’Aïd
C'est au fond de cette prairie, à Ferrières-en-Bray (Seine-Maritime), que les carcasses de moutons ont été retrouvées, lundi 12 septembre 2016. (©L'Éclaireur-La Dépêche)

Plusieurs abattoirs clandestins découverts le jour de l’Aïd

Comme chaque année, les gendarmes ont découvert plusieurs lieux d’abattage illégaux en France.

Des abattages illégaux

Hier, un abattoir clandestin a été découvert dans une ferme de Pluvet, en Côte-d’Or. Alertés par des riverains de la présence d’une centaine de personnes sur une exploitation agricole, les gendarmes se sont rendus sur place et ont ainsi découvert plusieurs dizaines de moutons égorgés ou sur le point de l’être. Les moutons déjà égorgés ont été saisis et remis à l’équarrissage pour destruction.

De même à Vieux-Berquin (Nord), entre Lille et Dunkerque, où les gendarmes ont découvert une cinquantaine de moutons accompagnés de leurs propriétaires dans un abattoir clandestin, ainsi qu’à Ferrières-en-Bray, où 30 ovins ont été trouvés sur le point d’être abattus dans une prairie.

Un acte puni par la loi

Au-delà des 120 abattoirs déjà en place, une soixantaine ont été agréés afin d’enrayer les pratiques clandestines. Mais à cause du prix parfois exorbitant demandé par les abattoirs, mais aussi l’attente qui peut durer plusieurs heures pour pouvoir égorger son mouton, ou tout simplement le désir de vouloir égorger soi-même son mouton « à l’ancienne », beaucoup continuent à le faire en dehors des abattoirs, encourant une peine de six mois d’emprisonnement et de 15.000 euros d’amende.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*