Accueil / Écrits libres / Al-Khwârizmî, l’homme qui révolutionna les mathématiques

Al-Khwârizmî, l’homme qui révolutionna les mathématiques

L’homme qui inventa l’algèbre, l’algorithme ainsi que la méthode de calcul de la racine carrée d’un nombre n’est autre que Muhammad al-Khuwārizmī.

Nom complet : Muhammad Ibn Mūsā al-Khuwārizmī

Date de naissance – décès : 780 dans l’actuel Ouzbékistan – 850 à Bagdad

Inventions : Il est à l’origine de l’algorithme, de l’algèbre et de nombreuses méthodes mathématiques.

Domaines de connaissance : al-Khuwārizmī était un mathématicien, un astronome et un géographe.

Œuvres : Il rédigea de nombreux ouvrages dont « Tables astronomiques », un livre influent qui fut aussi traduit en latin. Mais aussi Kitābu ‘l-ĵāmi` wa ‘t-tafrīq bi-ḥisābi ‘l-Hind, qui dresse le système des chiffre arabes. Il deviendra célèbre pour son oeuvre « Hisab al-jabr w’al-muqabala » qui marque une avancée majeure en matière de mathématiques. Ce recueil comprend des méthodes algébriques et géométriques de résolution des équations du premier et du second degré,  et les règles de calculs d’aires et de volumes.

Anecdotes : Le terme « algèbre » vient du titre de son ouvrage « Hisab al-jabr w’al-muqabala » (« al jabr » ayant été traduit par « algèbre » par les traducteurs). Le terme « algorithme » est lui une traduction latine du nom de son auteur. Il est aussi à l’origine de la méthode qui permet de calculer la racine carrée d’un nombre.

algèbre

4 plusieurs commentaires

  1. La théorème de Pithagore était déjà connu chez les sumériens.
    C’est pour dire si les mathématiques ont un longue histoire.

  2. Chapeau bas le révisionnisme !

  3. Lorsque l’on dit on a découvert. On a découvert sans doute. Mais parfois en ignorant que d’autres le savaient déjà avant nous.

  4. Bonjour,

    Les mécanismes fondamentaux de l’esprit humain ne sont pas « découverts » par une seule personne (qui a jamais célébré ‘l’inventeur des voyelles », « l’inventeuse des consonnes », ou bien « l’inventeur de la pensée » ?)

    En l’occurrence, comme le disait Newton paraphrasant Saint-Augustin, citant lui-même sans doute un auteur antérieur :

    « Si nous avons pu voir aussi loin, c’est que nous étions montés sur les épaules de géants. »

    Ainsi, Al-Khawarismi n’a pas « inventé l’algèbre », il a écrit (avec du génie, bien sûr) un traité rassemblant et systématisant ce qui se faisait sans être nommé auparavant. C’est déjà une grande avancée que d’avoir écrit un tel manuel.

    Pour terminer sur une note plus technique : les méthodes d’extraction des racines carrées sont connues depuis … la nuit des temps. Héron d’Alexandrie en donne une formalisation au 1er siècle après J.-C., et il semble que, 2000 ans avant J.-C., les peuples de Mésopotamie connaissaient déjà une méthode d’extraction (cherchez tablette YBC7289 sur un moteur de recherche).

    Le nationalisme en politique fait déjà beaucoup de mal, le nationalisme en sciences (consistant à se réjouir quand une découverte est due à un musulman, un chrétien, un bulgare ou je ne sais qui, et à l’ignorer sinon) ne peut pas faire de bien.

    Amicalement

Répondre à Ajeeb Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*