Accueil / Actualités / D’après l’ONUDC, le Maroc demeure être le premier producteur de cannabis au monde
D'après l'ONUDC, le Maroc demeure être le premier producteur de cannabis au monde

D’après l’ONUDC, le Maroc demeure être le premier producteur de cannabis au monde

Jeudi 23 Juin, L’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC) a publié un rapport affirmant que le Maroc demeure être le premier producteur mondial de haschich.

Amérique et Afrique : les deux continents le plus touchés par le fléau de la drogue

Le rapport est accablant. En effet, « les Amériques, suivies par l’Afrique, restent les régions où l’on enregistre les plus fortes production et consommation d’herbe de cannabis : en 2014, les trois quart environ des saisies mondiales d’herbe ont été réalisées dans les Amériques, surtout en Amérique du Nord tandis que 14 % l’ont été en Afrique et 5 % en Europe ».

116 tonnes de résine de cannabis saisies  soit 65 % de la quantité totale saisie à l’échelle mondiale proviennent du Maroc

En 2015, déjà, le Maroc était un des plus importants exportateurs et fournisseurs de résine de cannabis dans le monde, la principale porte d’entrée de la drogue marocaine en Europe étant l’Espagne. De plus, selon les données de l’Organisation mondiale des douane : «116 tonnes de résine de cannabis saisies (…) prov(enaient) du Maroc ».

La volonté du gouvernement marocain d’endiguer cette production

Depuis 2013, la tendance semble allait à la baisse. En effet, les autorités du pays ont déclaré une superficie de 47.196 hectares de cultures, soit une baisse de 9,2 % qu’en 2012. L’objectif est d’atteindre 34.000 hectares d’ici 2020.

L’usage de drogue s’avère être très dangereux comme le rappelle l’organe de l’ONU : « Etant donné que plus de 29 millions de consommateurs de drogues souffriraient de troubles liés à cet usage, que 12 millions d’entre eux pratiqueraient l’injection et que 14 % de ceux-ci vivraient avec le VIH, on peut affirmer que la consommation de drogues continue d’avoir des effets dévastateurs sur la santé ».

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*