Accueil / Actualités / Crash EgyptAir : l’analyse des mémoires des boîtes noires est en cours de traitement
Crash EgyptAir : l'analyse des mémoires des boîtes noires est en cours de traitement

Crash EgyptAir : l’analyse des mémoires des boîtes noires est en cours de traitement

La semaine dernière, les deux boîtes noires issues de l’avion d’Egyptair qui s’était abîmé en Méditerranée, ont été retrouvées. La commission d’enquête, chargée des recherches, a fait savoir, ce lundi 20 Juin, que la mémoire de ces boîtes va être analysée.

Les mémoires des boîtes noires s’avèrent être « fortement endommagées »

Le 19 Mai dernier, le monde aérien connaissait une nouvelle tragédie. 66 personnes, essentiellement des égyptiens et des français, ont perdu la vie lors d’un crash en pleine mer. Après de nombreuses et interminables recherches, les boîtes noires ont enfin été retrouvées. L’heure est, de ce fait, maintenant à l’analyse de ces dernières en vue de comprendre ce qu’il s’est réellement passé. Le traitement des informations collectées devra être achevé « dans les heures qui viennent » soulignent les enquêteurs. Hier, des sources proches de l’enquête avaient annoncé que les unités de mémoires contenues dans les boîtes noires, à savoir le Flight Data Recorder ( enregistreur des paramètres de vol) ainsi que le Cockpit Voice Recorder (enregistreur de voix) étaient « fortement endommagées » et ils avaient estimé que leur réparation demanderait « beaucoup de temps et d’efforts ».

L’attente insoutenable des familles des victimes

Suite aux annonces d’endommagement probable des boîtes noires, l’Association des familles de victimes du vol EgyptAir MS 804 avait déclaré que « les autorités françaises poursuivent les recherches au-delà de la récupération des boîtes noires pour rendre les corps des 15 ressortissants français à leurs familles ». Les proches des victimes ont fait savoir qu’ils souhaitaient obtenir un rendez-vous avec le président de la République en vue d’avoir l’assurance qu’a été mise en place une « réelle coopération internationale pour mobiliser toutes les ressources techniques possibles».

Il reste, donc,  à attendre que « la lumière soit faite » sur la cause de cette tragédie.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*