Accueil / Actualités / Canada : Iftar géant en signe de fraternité

Canada : Iftar géant en signe de fraternité

Un repas de rupture du jeûne a été organisé à Montréal pour rassembler les différentes communautés, en présence du maire et d’autres représentants.

Un repas symbolique

Le 13ème « Iftar du dialogue et de l’intégration » a été organisé vendredi dernier à Montréal. Cet iftar collectif organisé par « Atlas Media », journal de la diaspora marocaine à Montréal, a réuni plus de 400 personnes dont l’ambassadeur et la consule générale du Maroc, le maire de la ville et plusieurs responsables politiques montréalais et québécois ainsi que des représentants d’associations marocaines.

Ce repas se veut une initiative symbolique de ses organisateurs afin de montrer l’Islam comme religion de tolérance, d’ouverture sur l’Autre, et ainsi démystifier certains préjugés et amalgames en ces temps marqués par la montée de l’islamophobie et la peur de l’Autre.

La reconnaissance d’un engagement citoyen

A cette occasion, des trophées ont été décernés à plusieurs responsables de supports médiatiques (écrits, électroniques et audiovisuels) issus de la communauté maghrébine, en reconnaissance de leur engagement citoyen. Ils ont été ainsi récompensés pour avoir contribué à l’intégration et l’épanouissement des membres de cette communauté au sein de leur pays d’accueil, le Canada.

L’un de leur ministres David Heurtel a salué «  l’apport considérable des médias et journalistes issus des minorités visibles et ethnoculturelles, qui par leur travail, ont sensibilisé et informé la population à la diversité et aux réalités des communautés qui forment le Québec d’aujourd’hui », avant de « souhaiter à l’ensemble de la communauté musulmane un bon Ramadan » puis d’ajouter:  « Que ce mois sacré vous apporte quiétude et sérénité ».

Ce rassemblement veut ainsi montrer l’ancrage de l’esprit de solidarité et de fraternité dans la société montréalaise, québécoise et canadienne. Quand certains pays font clairement ressentir à leurs citoyens issus d’une minorité qu’ils sont « un problème qu’il faut résoudre », d’autres en revanche considèrent cette multiculturalité comme une richesse dont ils sont fiers.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*