Accueil / Actualités / Le ministre de l’intérieur belge stigmatise les musulmans suite aux attentats tragiques
Le ministre de l'intérieur belge stigmatise les musulmans suite aux attentats tragiques

Le ministre de l’intérieur belge stigmatise les musulmans suite aux attentats tragiques

Samedi 16 Avril, le ministre de l’intérieur belge, M. Jan Jambon a, lors d’une interview accordée au quotidien Flamant De Standaard soulevé un véritable tollé au sein de la communauté musulmane en affirmant qu’ « une partie significative des musulmans avait dansé lors des attentats » sans déterminer clairement s’il s’agissait des attentats de Paris du 13 Novembre 2015 ou de ceux de Bruxelles du 22 Mars 2016.

Une gestion des événements ainsi que des allusions passées critiquées

Lors des tristes attentats qui ont secoué la ville de Bruxelles nombreux ont été ceux qui furent virulents concernant la gestion du ministre de l’intérieur. Cela avait de ce fait, conduit ce dernier à présenter sa lettre de démission qui avait été rejetée le 23 Mars 2016. Il était notamment question de failles des enquêteurs belges dans le mouvement de lutte contre le terrorisme.

En outre, le ministre, membre du Parti Nationaliste Flamand (NVA), n’est pas à son coup d’essai concernant les polémiques. En effet, il avait comparé les djihadistes présumés en cavale, dont Salah Abdeslam aux juifs de la Seconde guerre mondiale en rappelant que « des juifs (étaient) parvenus à rester quatre ans dans la clandestinité et ce, malgré le fait qu’un régime effrayant les recherchait de manière continue », avant de revenir sur ses paroles.

Une accusation accablante pour les musulmans ainsi que l’affirmation de l’échec de la politique d’intégration

Après avoir affirmé que de nombreux musulmans avaient dansé suite aux attentats, Jan Jambon réitère sa pensée en précisant que « (les musulmans) ont jeté des pierres et des bouteilles en direction de la police et de la presse au moment de l’arrestation de Salah Abdeslam. C’est ça le vrai problème ».

Le ministre de l’intérieur belge estime que la partie de la population la plus touchée par la radicalisation  est majoritairement composée de « jeunes issus des troisième et quatrième générations de l’immigration » et que la situation actuelle est grave car la Belgique « a ignoré pendant des années les signaux de détresse ».

Malheureusement de tels discours nourrissent inéluctablement les amalgames ainsi que la haine de l’autre à une période où la solidarité et la tolérance devraient être de mise.

Un commentaire

  1. Les extremes droite occidentales utilisent les memes ficelles que les identitaires musulmans.
    Tout ce qui occidental et chrétien est ennemi. Occidental égale extreme droite anti musulman.
    Versus tout ce qui est arabe et musulman est ennemi.
    La dernière en date, le foulard serait un signe de radicalisation.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*