Accueil / Actualités / Mosquée de Nice : ouverture sous condition
Mosquée de Nice : ouverture sous condition

Mosquée de Nice : ouverture sous condition

Voilà des années que la communauté musulmane de Nice se bat afin de pouvoir disposer d’un nouveau lieu de culte. Financé, construit, il n’y a plus qu’à l’ouvrir. Mais Christian Estrosi, fidèle à lui-même, a érigé sa fermeture en priorité des priorités. Cette semaine, le préfet des Alpes-maritimes, Adolphe Colrat, a donné son feu vert, sous conditions, pour l’ouverture de la mosquée.

Pas d’influence étrangère

Le motif principal qui a permis au préfet de valider le projet de mosquée est son antériorité sur celui de la crèche. Selon Christian Estrosi, la crèche est prioritaire, mais il y a fort à parier que n’importe quel projet serait prioritaire à ses yeux face à l’ouverture d’une mosquée. Ce que reproche l’actuel maire de Nice est notamment la provenance des fonds qui ont permis la construction de la mosquée, financée à 100% par un Saoudien qui, selon lui, est « un ministre de l’Arabie Saoudite, plus précisément  celui des Cultes et de la propagation de la foi qui prône la charia dans un état religieux Wahhabite proche du salafisme« . En réponse à ces préoccupations, le préfet a donné comme condition nécessaire à l’ouverture de la mosquée : « que la mosquée ne dépende en aucune façon d’une influence étrangère, que ce soit sur le plan de la propriété des locaux, du financement, ou de la doctrine religieuse » mais aussi « que sa gouvernance s’inscrive clairement dans le cadre de la loi de 1905, en y associant la collégialité représentative du culte musulman à Nice et dans le département« . Christian Estrosi a indiqué qu’il ferait tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher l’ouverture de la mosquée, il semble qu’il n’y a actuellement rien de plus important en France.

La France reproche aux musulmans français de ne pas être structurés, de pratiquer dans des « salles illicites » et lorsqu’une mosquée veut s’ouvrir, en répondant à toutes les normes demandées par l’Etat, certains essaient encore d’user et d’abuser de leur pouvoir pour faire barrage. Il est important de ne pas baisser les bras, notre communauté a besoin de lieux de culte où l’islam est pratiqué mais aussi enseigné car la quête du savoir est le devoir de tous les musulmans.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*