Accueil / Actualités / La langue berbère ne serait qu’un dialecte de dépravés
La langue berbère ne serait qu'un dialecte de dépravés

La langue berbère ne serait qu’un dialecte de dépravés

Les propos qu’a tenu Mustapha Benhamza, président du Conseil supérieur des oulémas d’Oujda au Maroc, ont provoqué un tollé. Donnant son opinion sur la langue berbère ou tamazight, il a en substance indiqué que celle-ci était une idiome de dépravés.

Il s’agit de la langue des « chikhates »

Cette déclaration d’un des représentants importants de l’islam dans le pays a fait le tour des réseaux sociaux. Répondant à un fidèle, il a décrit la langue tamazight comme étant celle des chikhates. Dans la culture marocaine, les chikhates sont des danseuses se produisant lors de fêtes : mariage, baptême, festival… On les considère le plus souvent comme des femmes vulgaires, dansant en public sous les yeux de la gente masculine. Certains les décrivent comme buvant, fumant voire même se prostituant. De plus, il a aussi été indiqué qu’un Berbère ne possède pas de livres élaborés et qu’il ne peut que répéter les paroles de chikhates à longueur de journée. Forcément, les réactions ne se sont pas faites attendre, la première étant celle de Mustapha Benhamza lui-même. Ses paroles dateraient d’une dizaine d’années déjà et aujourd’hui son opinion aurait changé. Mais, cela n’a pas empêché des militants d’associations berbères de demander sa démission.

Rappelons que la Constitution marocaine de 2011 introduit la langue berbère comme « langue officielle de l’État, en tant que patrimoine commun à tous les Marocains sans exception ». Mais en réalité, toutes les régions n’appliquent pas de mesures concrètes sur le terrain pour la valoriser.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*