Accueil / Enquêtes / Oussama Benali : un comédien belge au grand cœur
Oussama Benali : un comédien belge au grand cœur
Oussama Benali en compagnie de l'équipe médicale du Poste de Soin de Malika - Sénégal

Oussama Benali : un comédien belge au grand cœur

Oussama Escobar de son vrai nom Oussama Benali, est un animateur de radio et de télévision belgo-marocain. Présent sur les écrans depuis de nombreuses années, il devient parallèlement une figure incontournable des planches belges. La comédie prenant une dimension ascensionnelle dans la carrière de l’homme, celui-ci enchaîne les scènes de Bruxelles à Paris en passant par le Maroc. En décembre, il laisse en suspend sa carrière et s’envole pour le Sénégal avec l’association Dafa Yow. De retour en Belgique, Oussama Benali nous accorde un entretien dans lequel il nous rapporte avec beaucoup d’émotions les raisons de son engagement humanitaire.

A cœur ouvert…

Lors de nos échanges, l’homme nous confie que les enfants sont l’une de ses motivations premières. Un jour de décembre, il embarque pour Malika – petite commune en périphérie de Dakar – avec l’équipe de Dafa Yow. L’association, présidée par Samira Hmouda, œuvre depuis 2008 essentiellement pour les enfants bien qu’elle lutte tout aussi fortement pour le développement en apportant des solutions sur la voie de l’autosuffisance alimentaire et énergétique. Sensible aux actions menées, Oussama Benali décide de se greffer au projet  :« Je parraine un talibé ». L’objectif de cette mission est d’assurer une collecte de fonds pour permettre aux enfants des rues d’être scolarisés. Sur place, l’équipe s’attaque également à  plusieurs chantiers comme la construction de puits qui permettront à 10 écoles de bénéficier d’eau potable. Les rénovations, constructions et plantations d’arbres fruitiers font aussi partis des actions sur lesquelles l’association s’est engagée.  Mais parce que Dafa Yow c’est aussi une équipe médicale, Oussama Benali s’est engagé à donner de son temps en travaillant avec le poste de santé du daara, aussi appelé école. Au fil de notre échange, nous découvrons l’histoire non pas du comédien mais de l’homme qui nous révèle avec discrétion être issu du monde médicale.

10649492_10206663675525058_2953711903706751783_n  1932285_10206648554227035_5209521598819372048_n

Fortement impliqué, il passera une grande partie de son temps au sein du poste de santé où il fera pas moins de 200 interventions. Il nous conte avec pudeur et humilité une expérience riche qu’il partage sans détour.

J’ai simplement appris à vivre avec peu, comme eux, et à être heureux sans notre confort d’ici qui nous éloigne de cette réalité là.

Cette réalité là, c’est des membres déchirés, des plaies graves et surtout un manque cruel de produits de premiers soins. Les conséquences sont parfois très lourdes allant de l’aggravation de certaines blessures, jusqu’à la perte des membres. Grâce à l’association, Tapha, un très jeune patient passionné de foot a pu être pris en charge dans de bonnes conditions et a ainsi pu conserver son pied gauche. Le jeune adolescent pourra de nouveau s’essayer dans les passements de jambes comme l’assure avec joie Oussama Benali. Fort de conviction et de foi, il n’oublie pas et nous rappelle à juste titre que ces guérisons ne sont possibles que par la permission du Créateur.

Grâce à Dieu surtout ! C’est Lui l’unique guérisseur. Moi je soigne, et Lui décide.
Mais celui qui marquera le cœur de l’homme à jamais est un être au sourire merveilleux qui restera désormais figé sur les photographies. Il nous raconte avec émotion et retenu l’histoire de Falou, un enfant agé de 10 ans à peine. Tous les matins à l’aube, Falou s’était lui-même chargé d’une mission.
C’était le plus timide, il avait le plus beau des sourires, il apportait mon eau tôt le matin pour la prière de l’aube.
Il nous décrit un petit garçon plein de joie qui 3 jours avant son décès partageait encore ses rires et qui 3 jours après avoir ri aux éclats « est retourné chez Dieu ».

12510220_10206780523006172_2945062791243279363_n   12570822_10206809792297886_752717232_n

Malgré la perte de Falou, l’espoir s’évertue lorsque la foi au destin et au décret final deviennent indivisibles dans le cœur des hommes et des femmes. Ainsi les fruits récoltés redonnent joie et paix  à celui qui croit en Son œuvre.
Aujourd’hui, « le bilan est plus que positif…nous avons installé 11 puits, scolarisé plus de 500 enfants ». C’est sur ces mots que nous lui laissons le mot de la fin…

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*