Accueil / Actualités / USA : la chahada dans un devoir provoque la fermeture des écoles
Copie de l'exercice de calligraphie portant sur la chahada, donné à des élèves américains.

USA : la chahada dans un devoir provoque la fermeture des écoles

Le 18 décembre dernier, dans une des villes rurales de Virginie aux Etats-Unis, une enseignante  en géographie a donné un devoir à ses élèves. Il portait sur la calligraphie arabe et répondait au cours enseigné sur les religions du mondes. Pourtant, malgré elle, ce devoir, somme toute anodin, lui aura valu foudre et tempête.

La chahada pour exercice

La consigne demandée consistait à reproduire à la main la calligraphie de la chahada comme ce qui suit :

Voici la chahada la profession de foi islamique, écrite en arabe. Dans l’espace ci-dessous, essayez de la copier à la main. Cela devrait vous donner une idée de la complexité artistique de la calligraphie.

A la suite de ce devoir, de nombreux parents d’élèves excédés par le prosélytisme dont, selon eux, l’enseignante aurait fait preuve se sont plains avec véhémence, à tel point qu’il ont considéré qu’écrire la chahada – bien que non traduite en anglais – revenait à demander aux adolescents de renoncer à leur foi chrétienne. En réponse, plaintes et menaces se sont succédées à l’encontre de l’établissement, obligeant le chef du district scolaire du comté d’Augusta à fermer les portes des établissements scolaires le vendredi 18 décembre.

La sagesse à la jeunesse

D’après CNN, alors qu’une partie des parents d’élèves exigeaient la démission de l’enseignante, celle-ci s’est justifiée en précisant que le devoir donné provenait d’un manuel sur les religions. Bien qu’une de ses élèves se soit faite entendre à la télévision locale pour avoir évoqué son choc suite à l’invitation de la professeure à ses élèves d’essayer des hijabs, d’autres ont apporté tout leur soutien à leur enseignante en créant une page Facebook qui regroupe plus de 2 000 membres.

Tout ce qui se rapporte de près ou de loin à l’islam et son dogme semble créer la confusion dans les esprits. Pire encore, il résulte d’une mystification généralisée qui distille dans l’inconscient des êtres extérieur à l’islam le sentiment d’une contamination nocive. Pourtant, la réaction de ces quelques jeunes élèves révèle que la clairvoyance ne réside pas toujours chez les anciens et c’est en ce sens que l’espoir devient toujours plus lumineux lorsqu’il est porté par une jeunesse consciente.

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*