Accueil / Actualités / Guantanamo : libéré après plus de 13 ans de détention sans inculpation
Photo non datée fournie le 25 septembre 2015 par organisation britannique Reprieve, du Britannique Shaker Aamer, détenu à Guantanamo - REPRIEVE/AFP/Archives © 2015 AFP

Guantanamo : libéré après plus de 13 ans de détention sans inculpation

Vendredi dernier, Shaker Aamer a foulé le sol britannique pour la première fois, après presque 14 ans de détention sans inculpation, ni procès.

Flash back

Shaker Aamer, 46 ans,  ce natif d’Arabie Saoudite et résident britannique depuis 1996, a été incarcéré en février 2002 dans ce bagne que l’on nomme toujours Guantanamo. Soupçonné d’être un recruteur et un financeur pour les comptes d’Al-Qaïda, il est arrêté au nord de l’Afghanistan à Tora Bora, en décembre 2001. Les éléments retenus contre Shaker Aamer étaient si faibles que Londres s’est afféré, pendant de longues années, à réclamer la libération de cet homme marié à une Britannique qui réside à Londres avec leurs 4 enfants. Depuis cinq ans, Reprieve – organisation qui lutte contre toutes les violations des droits de l’homme – s’est efforcée de rendre justice à cet homme. Cori Crider, directrice stratégique de Reprieve Royaume-Uni s’est exprimée en ces termes :

Nous sommes évidemment ravis que Shaker soit en route vers son foyer et sa famille ici au Royaume-Uni.

La vérité sur sa détention

Directrice d’Amnesty International, Kate Allen dénonce avec fermeté le manque flagrant de sérieux des autorités compétentes américaines :

Nous devons nous souvenir à quel point cette affaire a été une terrible parodie de justice et qu’après avoir été détenu dans des circonstances intolérables pendant près de 14 ans, M. Aamer aura besoin de temps pour se réadapter à sa liberté.

Des mots lourds de sens, et pour cause, Shaker Aamer a été victime d’une double peine durant plus de 13 ans. Dans un premier temps, il est d’abord accusé à tort, avant de devenir un témoin gênant que l’armée américaine va chercher à  faire taire en prolongeant sa détention. D’après ses défenseurs, la durée de cette dernière est uniquement liée au fait qu’il ait assisté aux tortures infligées à d’autres détenus.

Dans cette affaire, Reprieve révèle qu’en réalité Shaker Aamer travaillait pour une organisation caritative et qu’il se trouvait au mauvais endroit et au mauvais moment, lorsqu’il a été capturé en Afghanistan.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*