Accueil / Actualités / DAECH : Démantèlement d’un réseau de recruteurs par le Maroc et l’Espagne

DAECH : Démantèlement d’un réseau de recruteurs par le Maroc et l’Espagne

Dans le cadre d’une coopération sécuritaire entre le Maroc et l’Espagne, dimanche dernier, le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ) a démantelé un réseau de recruteurs qui officiaient pour le compte de DAECH.

Une collaboration maroco-espagnole efficace

Dans la lutte contre le terrorisme, l’Espagne comme le Maroc sont en état d’alerte maximum depuis qu’ils ont été touchés dans le passé par des attentats commis sur leur sol. Face à  un ascensionnel recrutement pour l’organisation terroriste, les deux pays se sont efforcés de renforcer la coopération sécuritaire. L’opération menée en binôme a permis plusieurs arrestations simultanées en Espagne comme au Maroc.
D’après le communiqué du gouvernement marocain, le dimanche 4 octobre, six membres du groupe terroriste ont été interpellés à Casablanca. En parallèle, les autorités espagnoles ont procédé à l’arrestation de quatre complices résidant dans les villes de Tolède, Valence et la banlieue de Barcelone.
Le ministère de l’Intérieur espagnol a, pour sa part, affirmé que les membres de cette cellule terroriste étaient spécialisés dans «le recrutement, l’endoctrinement et l’envoi de combattants étrangers dans la région syro-irakienne». Parmi ces complices, figurent deux jeunes femmes marocaines, un espagnol et un portugais.
Selon le communiqué tenu par le ministère de l’Intérieur du Maroc, un homme a été identifié comme étant un ancien détenu, reconnu pour avoir eu des antécédents dans une affaire de terrorisme en Italie.
Les autorités marocaines assurent qu’une fois l’enquête close, actuellement supervisée par le parquet général, les suspects seront déférés devant la justice.

Le Maroc sous tension

Pour le royaume, il s’agit du troisième démantèlement en trois mois. Désormais, le pays doit faire face à une recrudescence aggravée des menaces de DAECH, raison pour laquelle les services de sécurité ont élargi leur champ d’attaque en développant des opérations préventives. Et pour cause, le Maroc dénombre pas moins de 2 000 ressortissants qui ont rejoint « les troupes de l’État Islamique ». Pour lutter efficacement contre l’endoctrinement, les services de renseignements sont sur tous les fronts. Devenu un allié incontournable, le Maroc fait office de maillon fort pour la coopération sécuritaire en Afrique du Nord.

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*