Accueil / Actualités / La Mecque : le prince Khaled al-Faiçal ordonne l’ouverture d’une enquête

La Mecque : le prince Khaled al-Faiçal ordonne l’ouverture d’une enquête

Après l’effondrement d’une grue sur la Grande mosquée de la Mecque, le bilan ne cesse de s’alourdir. A l’heure actuelle, on dénombre pas moins de 107 personnes décédées et 238 blessées. Cette tragédie survient alors même que le royaume s’apprête à recevoir, dans une dizaine de jours, une centaine de milliers de pèlerins pour le Hajj. Selon l’agence officielle saoudienne SPA, près de 800 000 pèlerins sont déjà arrivés dans le pays.

Le climat mis en cause

D’après Ahmed ben Mohamed al-Mansouri, le porte parole des deux saintes mosquées, la grue serait tombée sur l’édifice à 17h10 à cause de vents violents et de fortes pluies ». Abdel Aziz Naqour, un homme travaillant dans la mosquée, nous rapporte qu’il a été témoin de l’accident et que la grue s’est écroulée après que celle-ci eut été frappée par les intempéries. D’autres témoignages recueillis par l’AFP  (Agence France Presse) font référence à la foudre qui aurait touché de plein fouet le grue causant ainsi sa chute. Abdel Aziz Naqour, comme pour mieux prendre la pleine mesure des dégâts, ajoute :

S’il n’y avait pas eu le pont Al-Tawaf, le bilan des victimes aurait été pire.

Le pont Al-Tawaf est un passage couvert qui entoure la Kaaba et qui a amorti le choc entraîné par la descente vertigineuse de la grue. Sans cela, le bilan aurait été incontestablement plus lourd.

La thèse de la négligence retenue

Le gouverneur de la région de La Mecque, le prince Khaled al-Faiçal a ordonné l’ouverture d’une enquête. Et pour cause, le vendredi du drame, d’après un tweet posté sur le compte officiel @makkahregion, il se dirigeait vers la mosquée. Selon le journal l’Express, Irfan al-Alawi, co-créateur de la Fondation pour la recherche du patrimoine islamique, basée à la Mecque, estime que les autorités ont fait preuve de négligence face au danger que représentait ces grues. « Ils ne se préoccupent pas du patrimoine et ils se moquent de la santé et de la sécurité », a-t-il déclaré à l’AFP.

Le hajj n’avait pas connu d’incident de cette ampleur depuis 2006, date à laquelle 364 pèlerins ont trouvé la mort sous les piétinements d’autres pèlerins suite à un grand mouvement de panique.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*