Accueil / Islam / Ka’b Ibn Malik : La délivrance (suite et fin)

Ka’b Ibn Malik : La délivrance (suite et fin)

La fin de l’épreuve s’annonce pour Ka’b Ibn Malik à l’aube de cette cinquantième nuit de « mise en quarantaine » par la communauté musulmane de Médine. Ce compagnon a recherché l’agréement d’Allah, exalté-soit-Il, et de Son prophète (pbsl), au détriment de l’apparent.

Puis je fis la prière de l’aube de la cinquantième nuit sur le toit de l’une de nos demeures. Alors que je me sentais oppressé tel qu’Allah l’a décrit dans son livre :
« …Si bien que toue vaste qu’elle fût, la terre leur paraissait exiguë… » (Le repentir, v118)
J’entendis la voix de quelqu’un qui criait du sommet du mont Sala’ d’une voix très forte :
« Ô Ka’b inb Mâlik ! réjouis-toi de la bonne nouvelle ! »
Je me jetai en prosternation sachant que l’heure de la délivrance était venue. Le Messager d’Allah (pbsl) avait annoncé lors de la prière de l’aube qu’Allah (béni soit-Il), avait bel et bien agréé notre repentir. (…)

 Dès lors, je partis voir le Messager d’Allah (pbsl).
Cependant, les gens m’accueillaient par groupes pour me féliciter du repentir et me disaient :
« Réjouis-toi qu’Allah a accepté ton repentir. »
Finalement, j’entrai à la mosquée ; le Messager d’Allah y était assis au milieu des gens. Talba ibn ubaydillah (r) se leva et se précipita à ma rencontre.
Il me serra la main et me félicita. Par Allah, aucune autre personne parmi les Muhâjirîn ne se leva pour se porter à ma rencontre sauf lui. Je n’ai jamais oublié ce geste amical de Talha.

(…)Et nous savons bien que lorsque le Messager d’Allah (pbsl) était content, son visage s’illuminait comme une face de la lune dans son éclat.

Et une fois assis devant lui, je lui dis :
« Ô Messager d’Allah ! Mon repentir m’incite à faire l’aumone de tout ce que je possède pour Allah et son Messager. »

Le Messager d’Allah (pbsl) dit :
« Garde une partie de tes biens, cela est préférable pour toi. »

Je dis :
« Je garde donc ma part de butin de Khaybar. »

je dis ensuite :
« Ô Messager d’Allah ! Allah exalté m’a sauvé par ma sincérité, et comme preuve de mon repentir, dorénavant, je ne dirai plus que la vérité jusqu’à la fin de mes jours. » (…)

Il dit :
Allah exalté fit alors descendre ces versets :
« Allah a agréé le repentir du Prophète, des Muhâjrîn et des Ansâr qui l’ont suivi dans les moments difficiles après que les coeurs d’un groupe d’entre eux étaient sur le point de dévier. Puis Il accueillit leur repentir car Il est Compatisant et Miséricordieux à leur égard. Et les trois qui avaient été laissés de côté, si bien que toute vaste qu’elle fût, la terre paraissait exiguë, ils se sentaient à l’étroit… »
jusqu’à ce qu’il arrivât à ces paroles :
« Ô vous qui avez cru ! Craignez pieusement Allah et soyez avec les véridiques. » (S 9,V 117-119)
Ka’b dit :
« Par Allah, je nai jamais reçu d’Allah une plus grande grâce qu’il m’ait guidé vers l’Islam, que celle d’avoir été sincère avec le Messager d’Allah (pbsl) et de ne pas lui avoir dit de mensonges aui auraient causé ma perte comme cela s’est produit avec ceux qui avaient menti. »
Allah exalté a révélé à propos de ceux qui avaient menti, la chose la plus dure qu’Il ait dite à propos de que quelqu’un :
« Ils vous ferons des serments par Allah, quand vous rentrerez vers eux afin que vous les excusiez. Détournez-vous d’eux car ils sont une impureté et leur refuge est l’Enfer, en rétribution de ce qu’ils acquéraient. Ils vous font des serments pour que vous les agréiez ; même si vous les agréez, Allah n’agrée pas les gens pervers. »  (S 9, V 95-96)
 (…) (Bukhari,Muslim)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*