Accueil / Islam / Ka’b Ibn Malik : Partie 1

Ka’b Ibn Malik : Partie 1

Ce récit est celui d’un compagnon, qui par son histoire, nous apprend à nous parfaire après un moment de faiblesse et à rebondir de nos péchés. Il nous donne une belle leçon de sincérité, de persévérance, et de sagesse. Un héritage en or même à notre époque et un message d’amour pour ses frères en Islam de la part de ce noble compagnon. Il s’agit de Ka’b Ibn Malik.

Brève présentation de sa vie

Ka’b Ibn Malik, connu sous le nom de Abou ‘Abd, était un proche compagnon du prophète Mouhammed (que la paix et bénédiction d’Allah soient sur lui) et un leader Ansari (habitants de Médine après l’émigration du prophète). Il était issu de la tribu médinoise de Kazraj Salamah. Son père Malik était un poète bien connu et sa famille était reconnue pour son érudition. Ka’b était lui-même un lettré et n’hésitait pas à se servir de son talent de poète au service de la cause de l’Islam. En effet, il était parmi les premiers convertis médinois et a participé à la deuxième délégation de ‘Aqaba qui comprenait 73 hommes et 2 femmes à prêter serment au Messager (que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur lui). Il a rapporté plus de 80 traditions prophétiques, ses fils et sa femme Khayra ont également contribué à enrichir la compilation de la tradition prophétique de notre prophète Mouhammed, que la paix et la bénédiction d’Allah, exalté soit-Il, soient sur lui. Son petit fils Abdurahman était un grand juriste de son époque. Dans le pacte de fraternité conclut entre les « Mouhajirruns » (émigrés de Mekka) et les « Ansars » (habitants de Médine), décidé par notre prophète, Ka’b Ibn Malik établit un lien de fraternité avec Talha, un compagnon très connu à qui a été promis le paradis. Il a participé à toutes les batailles, hormis Badr, aux côtés du prophète Mouhammed (SBDL). Il était connu pour relever le moral des troupes durant les batailles mais l’épisode le plus connu de sa vie reste sa défection à la bataille de Tabuk. Cet illustre compagnon, que la satisfaction d’Allah, exalté soit-Il, soient sur lui, nous a lui même conté son histoire, avec une précision et une honnêteté exceptionnelle riche en enseignements de ce douloureux événement.

Cadre du récit de Ka’b Ibn Malik : la bataille de Tabuk

Cette expédition appelée l’expédition de la difficulté a été relatée dans le Quran essentiellement dans la sourate Tawba. C’était une expédition éprouvante, audacieuse mais ô combien décisive pour l’avenir de la construction de l’Etat musulman. Après la prise de la Mecque, les Arabes n’eurent plus aucun doute sur la véracité du message de l’Islam et des vagues de délégations défilèrent auprès du Messager (SBDL) pour attester de leur conversion. Une puissance étrangère, en l’occurrence la puissance byzantine (Rum) considérée comme la plus grande puissance militaire de l’époque, commençait à s’inquiéter de la menace que constituait cette nouvelle puissante montante qu’était l’Etat musulman. Les Byzantins avaient déjà manifesté leur animosité notamment par l’assassinat d’un émissaire du prophète en route pour la Palestine, s’en était suivie la bataille de Mou’ta qui a laissé une forte impression dans les consciences sur la fermeté des musulmans à ne pas céder à l’intimidation de cette puissance orgueilleuse.

Après avoir été informé que des préparatifs se tramaient pour terrasser les musulmans, le prophète Mouhammed (SBDL) décida de préparer ses troupes à leur rencontre. Tabuk était située au nord de Médine, à 700 Km, et l’expédition fut décidée malgré les fortes chaleurs, la sécheresse et la force de l’ennemi. Un test pour les musulmans qui avaient réussi à constituer un corps de 30 000 hommes déterminés malgré ces difficultés. Seulement 80 hommes valides ne prendront part à la bataille pour des raisons douteuses.

Mais trois d’entre eux étaient sincères, Ka’b Ibn Malik faisait partie des trois compagnons qui restèrent à l’arrière lors de cette expédition.

La suite de son histoire, c’est Ka’b Ibn Malik qui nous la raconte lui-même, comme une invitation à partager les tréfonds de sa pensée, sa souffrance lors de sa mise en quarantaine et la descente de la bonne nouvelle après être passé par maints états.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*