Accueil / Enquêtes / [Témoignage] Cap d’Agde : Enceinte, Amal se fait violemment frapper par des policiers
bavure policière

[Témoignage] Cap d’Agde : Enceinte, Amal se fait violemment frapper par des policiers

Dimanche 16 août, Amal Bentoussi, membre du collectif « urgence notre police assassine » a été violemment prise à partie par la police au parking de la plage du Cap d’Agde. Katibîn l’a contactée afin d’en savoir davantage sur cette bavure.

Retour sur les faits

En vacances avec son époux et ses deux fils âgés de 2 et 13 ans, Amal aperçoit à la sortie de la plage un jeune homme victime d’une bavure policière et décide d’agir :

En vacances pendant quelques jours avec mon mari et mes enfants, à la sortie de la plage après une journée tranquille je me dirige vers le parking pour récupérer ma voiture, en face de moi une voiture de la bac avec un jeune qui se prenait des coups par un officier en civil et sa sœur qui criait c’est mon petit frère laissez le vous allez le tuer, il était inconcevable pour moi de ne pas réagir et d’aller voir les policiers pour leur dire qu’ils devaient arrêter de l’étrangler car il pouvait mourir et qu’il y a eu beaucoup de jeunes qui sont morts à la suite de clé d’étranglement, dans la confusion j’essaye de calmer le jeune qui se plaint de ne plus pouvoir respirer, je l’indique au policier et lui demande de desserrer. Entre-temps des gens filment, un des policiers essaye de lui prendre son téléphone en lui indiquant qu’il n’avait pas le droit de filmer des policiers.

 

Contrairement aux dires de ce dernier, il est autorisé de filmer un policier dans l’exercice de ses fonctions sans avoir l’intention de diffuser cette vidéo publiquement, ce que lui rappelle Amal :

J’interviens en lui indiquant qu’il était dans son droit si les images étaient utilisées à des fins juridiques, de là du renfort arrive, trois voitures de police arrivent, l’un des policiers de la bac lui explique la situation et lui indique le jeune homme qui était en possession des images sur son portable, le brigadier-chef arrivé en renfort lui demande son portable et lui indique encore une fois qu’il n’a pas le droit de filmer, j’indique à ce policier que ce jeune est tout à fait en mesure de pouvoir filmer des policiers pendant leur exercice et qu’il n’avait pas le droit de lui prendre son portable pour effacer les images, le ton monte, il me dit vous vous la fermez c’est moi qui décide avec une telle violence sans ménagement et allez je t’embarque. Je lui indique que je n’ai rien fait et lui rappelle qu’il doit se calmer je suis enceinte et de là il commence à me porter un coup au niveau de l’épaule, je recule j’avais une bouteille d’eau ouverte avec la peur je le sentais arriver sur moi ne tenant en aucun cas compte de mon état de femme enceinte, tout s’enchaîne un autre m’attrape par le cou et m’étrangle, un autre me donne un coup de Tonfa sur le flan droit, mon mari avec mon fils de deux ans dans les bras, abasourdi et choqué par la violence dont était victime sa femme, accoure et s’interpose avec mon fils de deux ans dans les bras en indiquant mon état, rien ni fait aucune pitié balayé à terre, mon fils de 2 ans qui tombe et hurle, mon mari aspergé de bombe, mon autre fils de 13 ans qui assiste à cette scène choquante et traumatisante, voyant son petit frère hurler demande à un policier c’est mon petit frère est ce que je peux le tenir, il le bouscule tombe en arrière lui dit ferme ta gueule tu passes pas sinon tu te prends ça dans la gueule.

Le comportement violent et irresponsable de ce brigadier chef se poursuit lors de l’arrestation d’Amal et son époux, souhaitant laisser ses deux enfants seuls sur le parking :

Tout ce petit monde est emmené au commissariat, j’ai dû insister pour indiquer que mes enfants étaient mineurs et que je ne pouvais pas les laisser seuls, rien à faire le brigadier chef à l’origine ne voulait rien savoir et était prêt à laisser des enfants mineurs abandonnés sur un parking, il a fallu l’intervention d’un Asvp qui a fait le nécessaire pour ranger nos affaires dans la voiture et demandé à ce que les enfants nous accompagnent au commissariat.

Dès leur arrivée au commissariat, Amal fera les frais de la brutalité d’un autre brigadier chef qui se montrera odieux envers son fils de 2 ans :

Arrivée en garde à vue certains policiers qui ont assisté à la scène sont scandalisés par la violence comment j’ai été interpellé, je sentais bien dans le regard qu’il n’avait aucun pouvoir et m’ont tout de même encouragé à porter plainte. En garde à vue je suis entendu par le « brigadier chef ALLIOD ERICK » il me demande de faire taire mon fils de deux ans en remuant la Tête avec mépris et tout d’un coup voyant que mon fils ne s’arrêtait pas il lui hurle dessus, je lui dit vous êtes un monstre est ce que le fait porter l’uniforme vous donne le droit de hurler sur un enfant de 2 ans de la sorte? Il me répondit que c’était lui le chef, je suis choqué et abasourdi par la violence et l’absurdité de ces policiers qui avaient en face d’eux une femme enceinte qui a aucun moment a été violente ni dans ces propos ni dans ces gestes , un enfant de deux ans blessé à la Tête traumatisé par le choc. Je tiens à préciser que j’ai demandé à plusieurs reprises le matricule du brigadier chef qui m’avait agressé puisqu’il n’était pas visible on m’a indiqué qu’il apparaîtrait dans la procédure.

Etant enceinte, la police n’était pas en droit de garder Amal en garde à vue et a donc garder illégalement son mari alors que rien ne pesait sur lui :

J’ai été libérée à 22h30, mon mari a été maintenu en garde à vue on sait pour qu’elle motif, moi je suis convoquée demain je suis soupçonné dans une enquête d’avoir commis ou tenté de commettre l’infraction de violences avec arme par destination sur personne dépositaire de l’autorité publique. Sincèrement ils ont un tel sentiment d’impunité qu’ils se croient tout permis. Pour toute ces raisons je continuerais à me battre pour dénoncer cette violence institutionnelle. Une pensée a tous ceux qui subissent cette violence au quotidien, aux personnes tués entre les mains de la police. Cette expérience si on peut appeler ça une Expérience, ne fait que renforcer mon combat contre l’impunité policière.

Contactée par Katibîn, Amal nous affirme avoir porté plainte au commissariat et avoir contacté le procureur avec ses certificats médicaux à disposition. Elle tient néanmoins à ne pas faire d’amalgame précisant que trois policiers comptent témoigner en sa faveur. Elle a également ressenti que certains policiers ne pouvaient riposter face à cette violence, ayant bien conscience du haut grade d’un brigadier chef, celui-ci étant notamment couvert par la hiérarchie. L’affaire suit son cours afin qu’Amal et sa famille puissent réclamer justice.

8 plusieurs commentaires

  1. Si je peux donner un conseil à Amal et à d’autres, ne passez JAMAIS vos vacances dans le Sud, ils sont très racistes ici. Partez au bled c’est beaucoup mieux. Eux ils profitent de nos bleds, donc ne leur laissez pas cette occasion.

    J’espère qu’il va payer ce flic, c’est un monstre XXL.

    • Quel commentaires stupides.le journal a besoin de ca!!???? Tout le monde est raciste…..car le bled nest pas raciste . tu vis dans quel planete….les maghrebins le sont fortement, et linjustice la bas est beaucoup plus violente!!!!!

      • @el margraoui , commencez par apprendre à lire le français correctement avant de vous excitez .Lila na pas dis qu’ils sont tous racistes comme vous le prétendez mais elle à dis dans le sud ils sont très racistes , c’est une sacré nuance vous ne trouvez pas ?
        Quand au reste de votre commentaire ….non pas la peine de vous répondre.

  2. Si je peux donner un conseils a Amal et à d’autres, PARTEZ PARTEZ ! Quittez ce pays subhanallah ! quand allez vous comprendre ? La terre d ‘Allah n’est elle pas assez vaste ??? Partez de ce pays qui n’est pas le votre, ce pays n’est pas celui du musulman qui adore Allah sincèrement (meme si t’as un passeport français).

  3. Cest facile a dire.moi, je voudrais mais cest complique…et pour aller ou!!?? Ya tellement d injustices et d agressivite partout.par ctre…les faits divers dramatik.des assassins, qui terrorisent les europeens et se proclamant musulmans, ont creent des peurs…tensions ressentis…inqietantes….les femmes voilees autour de moi, sont sous tensions

  4. je suis désolée mais ils sont français, peut-être musulmans, mais surtout français ils n’ont pas à partir de leur pays.
    de plus le sujet de cet article n’a rien à voir avec la religion mais avec la bétise de personne dépositaire de la loi, c’est très grave et au lieu de partir il vaut mieux régler les choses.
    Si personne ne fait rien, ce monsieur continuera à se sentir tranquille sans jamais être embété d’avoir frappé des gens ou fait frappé des gens (puisque c’est un haut gradés)

  5. Salem a tous
    Je dois faire ma prière mais avant je veux déposer un commentaire pour Amel et sa très chère famille ! Je viens de lire l’article et je vous jure que des larmes sont tombées ! Amel prends le meilleur avocat qu’il soit ! Ne baissez pas les bras et sans pour autant me substituer à ton rôle de maman , mais je te prie d’expliquer a tes enfants et surtout au plus grand ce qu’il s’est passer eh comment et pourquoi nous en sommes la ! Concernant un départ ! Ou? Est ce la meilleure solution ? ALLAH SAIT MIEUX ! Combien de personnes dans le monde cherche q venir en France et pour la majorité elles sont de confession musulmane ! Donc… Oui dans le sud ils sont racistes ! A 14 ans nous nous sommes fait attaquer par d’ex adultes

  6. Des adultes en camping à cap ague !!! Il y a 20 ans de cela et les choses n’ont pas changer mais moi oui ! Je pars a l’étranger ! En hôtel et je prie dieu le tout puissant qu’il nous PROTEGE nous musulmans

Répondre à Abderrahman Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*