Accueil / Actualités / Yémen : six jours de trêve pour l’aide humanitaire
aide humanitaire yémen

Yémen : six jours de trêve pour l’aide humanitaire

Englué dans les combats depuis de nombreuses semaines, le Yémen va enfin connaitre quelques jours de repos. En effet, une trêve de six jours a été conclue pour permettre à l’aide humanitaire d’arriver. Dans un pays où la situation est catastrophique ces six jours sont indispensables pour la survie de la population.

Pas d’arrêt des combats depuis mai

Une précédente trêve avait été conclue en mai pendant cinq jours, suite à quoi les combats étaient repartis sans jamais s’arrêter jusqu’en juillet. Depuis le début des affrontements au Yémen, on compte plus de 3000 morts et le pays s’effondre peu à peu. Les hôpitaux sont débordés et ne sont plus en capacité de soigner les nouveaux malades et blessés qui se présentent, le pays déplore également une pénurie de médicaments. La situation est dramatique et personne ne semble vouloir céder pendant que le peuple souffre et agonise. On dénombre à ce jour plus de 15.000 blessés pour ces trois derniers mois et des centaines de personnes sont contaminées par la dengue, une maladie mortelle transmise par les moustiques. Selon l’ONU, plus de 21,1 millions de Yéménites ont désormais besoin d’assistance humanitaire, soit 80% de la population, 13 millions d’entre eux souffrent de pénurie alimentaire et 9,4 millions ont un accès réduit à l’eau. La trêve conclue doit permettre d’aider une partie de ces millions de personnes, mais elles ne pourront pas toutes l’être au vu de l’ampleur catastrophique de la situation du Yémen.

En cette fin de mois de ramadhan, des millions de musulmans continuent de souffrir à travers le monde et ils ne doivent pas être oubliés. Une grande partie du monde les regarde mourir dans la plus grande indifférence. Les pays en capacité de les aider doivent concentrer leurs efforts sur ces populations, il y a urgence.

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*