Accueil / Actualités / Un jeune Palestinien tué au barrage de Qalandiya

Un jeune Palestinien tué au barrage de Qalandiya

Mohammad Al-Kosba, âgé de 17 ans, a été tué de deux balles par des soldats israéliens pour un lancé de pierres. Le jeune homme tentait alors de rejoindre Jérusalem pour la prière hebdomadaire du vendredi, lorsque des heurts avec les soldats israéliens ont éclaté.

« En réponse au danger imminent les soldats ont tiré »

Ce vendredi 3 juillet, le jeune Palestinien a été abattu de deux balles par des soldats israéliens, après avoir jeté des pierres sur leur véhicule près du barrage de Qalandiya, au sud de Ramallah. C’est à ce point de contrôle que des milliers de Palestiniens étaient rassemblés afin de prier à Jérusalem.

Une porte-parole de l’armée israélienne a confirmé cette version des faits , selon Le Monde :

« Un suspect s’est approché d’un véhicule militaire et a commencé à jeter des pierres, endommageant le véhicule. Les soldats ont demandé au suspect d’arrêter et ont procédé à des tirs d’avertissement en l’air. Comme il continuait à jeter des pierres à bout portant et en réponse au danger imminent les soldats ont tiré. »

Deux de ses frères avaient tragiquement trouvé la mort au même endroit, lors de la seconde Intifada de 2002. Mohammad a succombé à ses blessures à l’hôpital de Ramallah, où il avait été transféré, d’après le site israélien Haaretz.

Restrictions vers l’esplanade des Mosquées

En vue d’assister à la prière hebdomadaire, des milliers de Palestiniens attendaient vendredi matin de passer le barrage pour se rendre sur l’esplanade des Mosquées. Cependant, les autorités israéliennes ont imposé dernièrement des restrictions qui accentuent la tension dans la zone.

Cette semaine, seuls les femmes de plus de 30 ans et les hommes de plus de 50 ans vivant en Cisjordanie occupée pourront se rendre à Jérusalem, selon une porte-parole de la police. Ces restrictions ont été décidées par le ministère de la défense en raison de la recrudescence des attaques anti-israéliennes, a précisé la porte-parole de la police.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*