Accueil / Actualités / Les propos polémiques de l’adjoint au maire d’Angers
Crédit photo : Ouest France

Les propos polémiques de l’adjoint au maire d’Angers

Le climat islamophobe actuel semble ne pas vouloir se calmer. Il ne se passe pas une semaine sans que nous ayons droit à une polémique autour de l’islam. Aujourd’hui nous vous relayons une énième polémique d’un énième élu. Celle de Maxence Henry adjoint au maire d’Angers (Les républicains), qui compare les musulmans modérés de France aux allemands des années 30. Une polémique très surprenante étant donné que pour lui le seul islam possible est un « islam modéré », un islam façon Maxence Henry peut-être ? Une polémique sans queue ni tête.

Une comparaison inacceptable

C’est sur sa page Facebook que l’adjoint a créé la polémique. Il s’en est ouvertement pris à l’islam et aux musulmans de France en faisant une drôle de comparaison : « Les musulmans modérés sont comme les Allemands des années 30, ils doivent choisir leur camp… » Il continue : « Les musulmans modérés doivent dénoncer à un islam radical qui n’est pas compatible avec la République. Et dire s’ils choisissent un islam modéré qui, lui, est compatible avec les valeurs de la République. » Il existerait alors plusieurs genres de musulmans, mais aussi des camps. À l’heure ou plusieurs se battent pour retrouver une certaine unité, lui n’hésite pas à parler de camps, une vision assez inquiétante de la part d’un responsable politique.

Les musulmans modérés dans le Coran : « Croyez-vous donc en une partie du Livre et rejetez-vous le reste? … » (Sourate 2, Verset 85).

Un amalgame… ? Peut-être pas

En voulant s’en prendre au terrorisme qui est revendiqué par des supposés musulmans, l’adjoint au maire d’Angers a commis un amalgame des plus dangereux : « À la base, c’est la même religion. Qui s’appuie sur le Coran, Mahomet… » associant l’islam au terrorisme, en le qualifiant de « nouveau fascisme contre lequel nous devons lutter. » Quel esprit de déduction et quelle culture.

La cerise sur le gâteau sera cette dernière déclaration qui non seulement le discrédite, mais nous met face à un réel oxymore, assez marrant pour le coup, un amalgame pour éviter un amalgame. Ce n’est pas dans la politique qu’il aurait dû se lancer mais dans l’humour, voici sa déclaration : « Cette distinction est urgente à faire, justement pour éviter les amalgames. » 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*