Accueil / Actualités / Bernard Cazeneuve : « Depuis 2012, 40 imams et prêcheurs de haine ont été expulsés »
bernard cazeneuve

Bernard Cazeneuve : « Depuis 2012, 40 imams et prêcheurs de haine ont été expulsés »

Ce lundi, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve s’est exprimé sur Europe 1 et a notamment évoqué un sujet en particulier : la politique de répression du gouvernement concernant les imams jugés radicaux. Il a déclaré qu’un nombre important a été expulsé contrairement au gouvernement précédent et que les chiffres augmentent pour 2015.

22 dossiers en cours d’instruction

Bernard Cazeneuve a commencé par présenter les chiffres réalisés par le gouvernement en place :

Nous avons depuis 2012 expulsé 40 prêcheurs de haine et imams. Dans les cinq années précédentes, il n’en avait été expulsé que 15

Il a ensuite enchainé sur les chiffres de l’année en cours :

Depuis le début de l’année, il y a 22 dossiers qui sont en cours d’instruction, et une dizaine d’imams et de prêcheurs de haine qui ont été expulsés. Tout prêcheur de haine qui a vocation à rester en France, s’il est étranger il sera expulsé, je le fais systématiquement

Le Ministre a également évoqué la politique de l’etat face aux mosquées « suspectes » :

S’il y a des associations qui gèrent ces mosquées et dont la totalité des membres poursuivent un objectif d’appel à la haine et d’incitation au terrorisme, ces mosquées seront dissoutes. Il y a eu des plaintes déposées au pénal à chaque fois qu’il était constaté qu’un individu appelait à la haine dans les mosquées en France

Cette intervention contraste avec celle de Manuel Valls qui disait ne pas être en guerre avec l’islam. En effet, les critères de qualification pour les mosquées « suspectes » et les imams  » prêcheurs de haine » n’ont pas été évoqués ce qui amène à fortement s’interroger sur les méthodes employées pour arriver à ces expulsions. Une nouvelle fois, on insiste davantage sur la répression que sur l’éducation. Plutôt que de rendre les citoyens capables de distinguer quels prêcheurs leur conviennent, le gouvernement décide lui-même du discours à tenir auprès des fidèles.

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*