Accueil / Actualités / L’Iftar polémique de Recep Erdogan
Crédit photo : Direct Matin

L’Iftar polémique de Recep Erdogan

Tout comme en France, et certainement dans de nombreux pays, les élus jouissent d’un confort sans précédent (voitures de fonction, nourris, logés, bien rémunérés). Cependant, l’Homme paraît insatiable. Nombreux sont les élus qui abusent de leur pouvoir, et par la même occasion profitent de l’argent du contribuable et/ou du pays. Ce lundi 22 juin, c’est dans un pays majoritairement musulman, dans un contexte religieux, étant donné que nous sommes en plein mois de Ramadan, et que l’anecdote que nous vous relayons est en lien direct avec le ramadan. C’est la Turquie et Recep Erdongan qui se sont illustrés avec un iftar assez polémique.

En contradiction avec les valeurs du Ramadan

Rappelons-le, le président turc avait déjà été la cible de critiques concernant sa résidence et son coût très élevé. C’est donc dans cette même résidence qu’est née une nouvelle polémique. En effet, Recep Tayyip Erdogan, lors de la rupture du jeune de ce lundi 22 juin, mettait en scène une table gigantesque. En totale contradiction avec les valeurs que le mois du Ramadan est censé véhiculer, (piété, générosité, humilité etc…). Des principes que semble avoir négligé le président turc.

Un coût juste impensable

Dans ce contexte religieux, auquel s’ajoute un contexte de conjoncture économique, il est catégoriquement impossible d’imaginer qu’on puisse aller aussi loin en terme de coût. En effet, l’évaluation de la table avoisinerait les 335 000 €. La population turque appréciera. Mais c’est la communauté musulmane qui s’interrogera alors sur la personnalité d’Erdogan, pourtant connu pour son courage face à Israël et à l’empire américain.

L’explication d’Erdogan

Sa réponse ne s’est pas faite attendre, ainsi c’est dans la soirée de mercredi lors d’un discours qu’il déclara : « Tous ces chiffres sont faux et mensongers et relèvent de la calomnie pure et simple. » C’est un président touché dans son orgueil, qui à la suite de son discours s’est montré juridiquement menaçant envers les auteurs de cette estimation. Pris dans son élan le gouvernement a publié une vidéo, dans laquelle la taille de la « gigantesque » table est remise en cause, en effet, celle-ci est en réalité composée de plusieurs tables dissimulées sous une grande nappe blanche. Allant même jusqu’à se défendre en affirmant que les chaises qui entouraient les tables étaient présentes depuis le mandat de son prédécessuer Abdullah Gül, et que ces mêmes tables étaient un héritage de Süleyman Demirel (président de 1993 à 2000). De quoi remettre les pendules à l’heure.

Recep Tayyip Erdogan est en effet sous le feu des critiques depuis l’inauguration du nouveau palais présidentiel situé à  Ankara. Son prix de 490 millions d’€uros, environ un millier de pièces réparties sur 200 000 m². Une polémique cette fois-ci justifiée par des coûts tellement exorbitants. Cependant concernant la table, si les explications évoquées par le président turc s’avèrent véridiques, les critiques n’ont en effet pas lieu d’être.

Aucun commentaire

  1. Je ne pense pas que les petites assiettes qu’il y a devant chaque personne représente un coût de 335 000 euros.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*