Accueil / Actualités / Eric Zemmour jugé pour incitation à la haine : 5 000 euros d’amende requis
eric zemmour jugé pour incitation à la haine

Eric Zemmour jugé pour incitation à la haine : 5 000 euros d’amende requis

Lors de son procès, 5 000 euros d’amende ont été requis contre Eric Zemmour, jugé pour incitation à la haine raciale, après son énième chronique diffusée sur RTL ayant suscité de vives réactions et de nombreuses indignations.

Les mille et une chroniques racistes

« Les Normands, les Huns, les Arabes, les grandes invasions d’après la chute de Rome sont désormais remplacés par les bandes de Tchétchènes, de Roms, de Kosovars, de Maghrébins, d’Africains qui dévalisent, violentent ou dépouillent. »

Voilà les propos qui ont conduit leur auteur, M. Zemmour, en procès pour incitation à la haine raciale. Mercredi 24 juin, le verdict est tombé : 5 000 euros d’amende ont été requis contre ce dernier et 3 000 euros avec sursis contre RTL pour avoir diffusé la chronique.

Déjà en décembre 2014, Eric Zemmour avait alimenté les polémiques avec son discours islamophobe en proposant comme « solution : la déportation des musulmans ». Et en 2011, il avait également été condamné pour les mêmes chefs d’accusations après avoir tenu un discours racial en déclarant que « la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c’est comme ça, c’est un fait. » Tout ceci sans compter les nombreux autres propos et autres chroniques à caractère raciste passés « inaperçus ».

« Je devais synthétiser »

Pour sa défense, M. Zemmour annonce travailler « dans l’urgence », ne pouvant donc analyser les statistiques « il se devait de synthétiser ». Selon lui, il se retrouve « victime d’un procès profondément politique » et s’indigne :

« Je ne suis pas assistante sociale, mon métier n’est pas de savoir si je vais faire de la peine à Untel ou Untel. Mon métier, c’est dire la vérité. »

Mais le procureur de la république, lui, ne semblait pas du même avis selon qui :

« M. Zemmour tient des propos sans nuance qui rejaillissent sur des groupes visés dans leur ensemble et stigmatisent les populations immigrées. »

Le jugement a été mis en délibéré au 22 septembre.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*